Les amateurs de football de Farnham n'auront pas l'occasion d'applaudir leurs Astérix cette saison.

Football scolaire: en manque de joueurs, les Astérix abdiquent

En manque de joueurs, les Astérix de l’école secondaire Jean-Jacques-Bertrand, une tradition de 45 ans dans le monde du football scolaire, sont dans l’obligation de hisser le drapeau blanc.

«Nous nous sommes présentés à Marieville samedi avec 21 joueurs alors que le minimum requis est de 20, a expliqué l’entraîneur Ross Lemke. Puis, nous avons perdu un joueur en raison d’une blessure. Et un deuxième. À la mi-temps (les Astérix tiraient de l’arrière 26-0), nous n’avions plus assez de soldats et nous avons dû abandonner.»

Lundi, Lemke a réuni ses joueurs pour discuter de la situation. Ils n’étaient plus que 16. La décision de mettre un terme à la saison s’est alors imposée d’elle-même.

«Attention, les Astérix du football juvénile ne sont pas morts, ils sont en pause. Nous allons nous concentrer sur notre équipe cadette [les Gaulois, NDLR] d’ici à la fin de la saison et nous allons restructurer le programme de football de l’école. Avec un peu de chance, les Astérix seront de retour en 2020.»

Cette saison, les Astérix évoluaient en division 4, niveau 2, de la Ligue de la Montérégie. La division en question, qui ne comptait déjà que quatre équipes, est ni plus ni moins composée de formations qui peinent à recruter des joueurs.

Les Gouverneurs de Massey-Vanier se retrouvent aussi avec un personnel réduit, mais il semble qu’ils pourront poursuivre leur saison. À leur premier match, les Cowansvillois ont subi une défaite honorable de 26-21 devant les Spartans du Châteauguay Valley Regional High School.

De grandes victoires

Les Astérix prennent donc une pause après avoir fait du football de façon continue pendant 45 ans. Au total, ce sont huit championnats québécois, dont six Bol d’Or, qu’ils ont remportés.

«On traverse une période creuse, c’est clair, a repris Ross Lemke, qui est associé aux Astérix depuis le début. Mais une période creuse ne signifie pas la fin. Nous n’abandonnerons pas comme ça.»

En fait, c’est tout le football scolaire québécois qui traverse une période difficile. Les inscriptions sont en baisse partout. Après avoir remporté le championnat régional la saison dernière, les Élites du football juvénile du Mont-Sacré-Cœur, aussi en manque de joueurs, n’ont pas d’équipe en 2019.

«Les histoires de commotions cérébrales, les jeunes qui préfèrent travailler et faire des sous ainsi qu’un plus grand intérêt pour l’ordinateur que pour le sport nous font mal», a répété Ross Lemke, en haussant les épaules.