« La priorité à Granby à l’heure où on se parle doit être la confirmation du retour des Inouk », affirme Christian Roy, qui était au cœur du projet d’amener la Ligue nord-américaine à Granby il y a un an.

Fin de la LNAH à St-Jérôme: priorité aux Inouk, dit Roy

La nouvelle est tombée lundi soir : les Pétroliers du Nord, de la Ligue nord-américaine de hockey, ne seront pas de retour à Saint-Jérôme la saison prochaine à la suite de négociations qui ont mal tourné avec les responsables de l’aréna régional de la Rivière-du-Nord. Et inévitablement, à chaque fois que ça brasse dans la LNAH, Granby revient dans les conversations.

Joint par La Voix de l’Est, Christian Roy, qui était au cœur du projet d’amener la LNAH à Granby il y a un an, a affirmé mardi après-midi n’avoir reçu aucun appel de la part de qui que ce soit en lien avec le dossier des Pétroliers, qui se cherchent un nouveau domicile.

« Personne n’a communiqué avec moi et je pense que, de toute façon, la priorité à Granby à l’heure où on se parle doit être la confirmation du retour des Inouk, a expliqué Roy, propriétaire des Maroons, de la Ligue senior AAA. Je lis La Voix de l’Est, je sais que le journal a prédit le retour de l’équipe, mais on a tous hâte d’avoir la confirmation de l’équipe et de la Ville. »

Les autorités municipales, a-t-on appris, ont donné aux Inouk jusqu’au 1er juin pour confirmer officiellement leur retour. Entretemps, les réunions pour former l’OSBL qui prendrait le relais de l’équipe de propriétaires actuelle se multiplient. Il y en a d’ailleurs une autre de prévue mercredi soir.

Christian Roy, on le sait, est un ancien actionnaire des Inouk. Et à titre de propriétaire de la concession alimentaire du centre sportif Léonard-Grondin, il n’a aucun intérêt à voir l’équipe junior AAA, dont les partisans lui assurent une bonne clientèle, quitter la ville. Ultimement, il ne faudrait même pas se surprendre s’il tentait de mettre la main sur le club si jamais le projet d’OSBL échoppait.

Saint-Jérôme : diverses versions

Même s’ils ont été amenés à Saint-Jérôme en catastrophe au beau milieu de la campagne, les Pétroliers ont attiré de très belles foules à l’aréna régional de la Rivière-du-Nord cette saison.

Diverses informations circulent : certains affirment que les propriétaires de l’équipe se sont montrés trop gourmands dans leurs demandes, d’autres prétendent que la Régie intermunicipale de l’aréna régional de la Rivière-du-Nord (qui opère l’endroit) a simplement décidé de privilégier les jeunes au niveau des heures de glace alors que d’autres encore sont convaincus que les incidents racistes survenus en février (l’affaire Jonathan-Ismaël Diaby) ont fini par faire très mal au club de la LNAH.

Mais même si la Régie intermunicipale de l’aréna régional de la Rivière-du-Nord et les Pétroliers ont émis des communiqués annonçant la rupture des liens entre les deux parties, des sources affirment que le dossier n’est peut-être pas clos et que les négociations pourraient reprendre.

Si les Pétroliers mettent vraiment les voiles, Laval, qui compte plus d’un échec dans la LNAH, serait le premier choix des propriétaires pour relocaliser l’équipe.