Leylah Annie Fernandez a eu le dessus sir la favorite du volet féminin, la Japonaise Nao Hibino.

Fernandez se paie la favorite !

Non, Leylah Annie Fernandez n’est pas débarquée à Granby en touriste. L’athlète de 16 ans, clairement la coqueluche du 24e Challenger Banque Nationale, s’est permise d’éliminer la première favorite, la Japonaise Nao Hibino, en des manches 6-3 et 7-6 (4) jeudi après-midi.

« Ce n’était pas parfait, j’ai commis pas mal d’erreurs, mais je suis quand même satisfaite, a expliqué la Lavalloise après avoir pris une bonne trentaine de selfies avec ses fans (et même des journalistes !) à sa sortie du court. Hibino est une bonne joueuse et j’aurais pu l’échapper si je n’étais pas resté calme. Mais je n’ai pas paniqué, je n’ai jamais été inquiète… »

Pour son âge, Fernandez dégage une confiance en soi assez exceptionnelle. En fait, elle a l’air inébranlable. Jeudi, même si elle a avoué qu’elle était nerveuse en début de match, on ne l’a jamais senti intimidée par l’ex-56e au monde.

« Je me suis souvent entraînée avec des joueuses du top 20 ou du top 30. La chaleur qu’il y avait aujourd’hui? Je m’entraîne souvent en Floride pendant des heures à une température plus élevée encore… »

Tout ça pour dire que Fernandez se retrouve tout d’un coup en quarts de finale du Challenger. Vendredi, elle a rendez-vous avec l’Australienne Maddison Inglis, septième favorite.

« Je vais continuer à travailler fort. C’est une belle semaine jusqu’ici. J’ai du plaisir. »

Une partie de son plaisir semble d’ailleurs résider dans la relation qu’elle entretient avec les amateurs de tennis granbyens, qui étaient encore très nombreux dans les gradins bien que son match ait été une nouvelle fois présenté en après-midi. Mais voilà, bonne nouvelle, son duel de quart de finale aura lieu en soirée.

« Vraiment, les gens sont super ici. Je sais qu’ils m’appuient, mais ils aiment le tennis et on sent qu’ils sont là pour les deux joueuses. C’est l’fun de jouer pour eux. »

Et les gens d’ici en auront pour leur argent, vendredi soir, alors qu’elle sera en action en simple comme en double, alors qu’elle et sa partenaire Ariana Arseneault (éliminée en simple jeudi) tenteront d’accéder à la grande finale.


Après un long passage à vide, Françoise Abanda est revenue en force afin de mériter son billet pour les quarts de finale.

Abanda passe aussi

En fin de soirée, Françoise Abanda a à son tour mérité son billet pour les quarts de finale lorsqu’elle a disposé de l’Américaine Sachia Vickery, quatrième favorite, en trois manches de 6-3, 1-6 et 6-4.

Abanda s’est relevée après avoir connu un horrible second set de même qu’un très difficile début de troisième. Vickery menait 3-0 lorsque la Montréalaise s’est réveillée.

« Honnêtement, ça m’a pris du courage ce soir, a mentionné Abanda. J’ai connu un bon premier set, mais j’ai eu une énorme chute d’énergie au second. Je n’ai pas joué beaucoup de matchs cette année et ça a paru ce soir. Mais je me suis parlé, j’ai persévéré et j’ai eu raison de le faire puisque c’est moi qui aie eu le dernier mot. »

Un peu tout le monde a cru que c’est son épaule ou alors son pied qui lui faisait de la misère à un moment donné. Mais ce n’était même pas ça.

« J’ai changé de raquettes trois fois ce soir, je cherchais vraiment mes repères. Mais je n’ai pas lâché et j’en suis fière. »

Abanda croisera maintenant le fer avec la Japonaise Mayo Hibi.

On retrouvera deux autres Canadiennes en quarts, soit Katherine Sebov (no. 6), qui s’est moquée de sa compatriote Carol Zhao 6-2 et 6-0 lors du premier match de la journée jeudi, ainsi que Layne Sleeth, tombeuse d’Ariana Arseneault.

Sebov et Sleeth vont d’ailleurs s’affronter.