Félix Murray, entouré de sa sœur Laurie et du promoteur Dominic Lussier. « L’important, c’est que les jeunes passent de bons moments… », dit le pilote Granbyen.

Félix Murray pense aux enfants

Vous ne trouverez pas beaucoup de meilleure personne que Félix Murray dans les puits de l’Autodrome Granby. Et ce n’est pas parce qu’il ne connaît pas la meilleure des saisons qu’il va cesser ses efforts pour donner le sourire aux gens.

La sœur de Murray, Laurie, s’occupe des enfants à besoins particuliers au Club vacances jeunesse de Granby. Et lorsque son grand frère lui a proposé d’organiser une soirée aux courses pour les jeunes, ses yeux sont devenus brillants.

« Félix a un grand cœur et son idée est venue me chercher dans les tripes, explique Laurie. On a regardé ça, on en a parlé avec Dominic (Lussier, promoteur de l’Autodrome) et voilà qu’on aura un beau groupe de 75 personnes (une cinquantaine d’enfants et des parents) à la prochaine soirée de courses, vendredi. »

Et les enfants auront tout ce qu’il faut pour passer une belle veillée avec une visite des puits et des surprises gracieuseté de l’Autodrome et de Félix Murray.

« On va les gâter, on veut qu’ils se souviennent de cette soirée, reprend Laurie, qui a fait passablement parler d’elle alors qu’elle jouait au hockey féminin et qu’elle a remporté deux fois la Coupe Dodge. De toute façon, c’est impossible de ne pas passer une belle soirée aux courses ! »

Quand on parle d’enfants aux besoins particuliers, on parle d’enfants autistes, trisomiques ou aux prises avec d’autres problématiques de santé mentale.

« Ce sont de beaux enfants et ils ont besoin de sortir au même titre que les autres enfants », dit encore Laurie Murray.

« Ça s’en vient »

Félix Murray, qui a fini troisième au championnat en classe sportsman à Granby au cours des deux dernières saisons, est actuellement neuvième au classement. Ce n’est évidemment pas là qu’il veut être.

« On a des défis à relever cette saison, avoue-t-il. On a un nouveau châssis flambant neuf et le Teo ne requiert pas du tout les mêmes ajustements que le Bicknell. On apprend à connaître la bête un peu plus à chaque semaine. »

Murray a tout de même ramené une intéressante quatrième place la semaine dernière, ce qui lui permet d’être positif quant au reste de la saison. Il l’a aussi emporté récemment à Saint-Guillaume.

« Le meilleur s’en vient, c’est sûr. Notre saison, elle risque de commencer pour vrai... à la mi-saison. C’est certain qu’on ne regarde pas les points présentement. Le changement de châssis a été fait en fonction du long terme. »

En souriant, il lance qu’il ne peut garantir la victoire aux enfants qui viendront le supporter vendredi soir.

« C’est plus difficile de faire ce genre de prédictions cette année ! Mais l’important, c’est que les jeunes passent de bons moments… »

Relève… privilégiée

Félix Murray, qui compte trois victoires en carrière à l’Autodrome, admet qu’il est impressionné par la jeune relève qui monte en sportsman.

« Ils sont très impressionnants, les Even Racine et les Jérémy Roy, mentionne-t-il. Ils sont bons et, en même temps, ils sont privilégiés. Ils sont bien entourés, ils ont les moyens (financiers) et ils n’ont pas mangé de misère avant d’en arriver là. Ça ne leur enlève rien, mais j’espère qu’ils sont conscients de leur chance… »

À 24 ans, Murray n’est pas très vieux lui-même. Mais il est déjà en train de préparer son avenir à l’extérieur de la piste. Car il n’y a pas juste les courses dans la vie.

« Je suis maintenant copropriétaire d’une petite compagnie de lettrage et d’impression ici chez nous, à Granby. C’est beaucoup de travail et ça laisse un peu moins de temps pour travailler sur la voiture. Mais les courses resteront toujours quelque chose de très important pour moi. »