Félix Lauzon ne manque pas de responsabilités avec les Voltigeurs de Drummondville.

Félix Lauzon: «Je n’ai rien à perdre…»

Félix Lauzon connaît sa meilleure saison dans la LHJMQ. Après 45 matchs dans l’uniforme des Voltigeurs de Drummondville, l’attaquant de Roxton Pond montre 59 points, dont 23 buts, ce qui représente déjà sa meilleure production en carrière dans le circuit Courteau.

« Ça va bien, je ne peux pas dire le contraire, confirme-t-il. J’étais prêt quand je suis arrivé au camp des Voltigeurs et, à 20 ans, c’est tellement différent. Et bien sûr, je joue avec une saprée bonne équipe… »

Bonne équipe, en effet. Deuxièmes au classement général de la LHJMQ derrière les Huskies de Rouyn-Noranda, les Voltigeurs ont remporté 35 de leurs 45 premiers matchs, eux qui visent clairement les grands honneurs cette saison. Mais il y a plus que ça dans les succès de Lauzon.

« À 20 ans, tu connais la ligue presque par cœur, t’es confortable et la pression n’est pas la même, reprend-il. Moi, je n’ai pas participé à deux camps de la Ligue nationale, alors je n’ai rien à perdre… »

Lauzon est débarqué à Drummondville après avoir disputé quatre saisons avec les Tigres de Victoriaville, qui l’ont échangé aux Voltigeurs à la suite de la dernière campagne.

« Honnêtement, l’adaptation à une nouvelle équipe s’est très bien passée. Les gars ont été vraiment super avec moi. Puis, j’étais un peu inquiet en arrivant dans une nouvelle famille de pension, mais ça va très bien de ce côté-là aussi. Vraiment, ça se passe bien ! »

Des responsabilités

Avec les Voltigeurs, cette saison, Lauzon ne manque pas de responsabilités. On lui demande de générer de l’offensive, parfois d’être sur le cas du meilleur trio adverse et il est régulièrement employé sur l’avantage numérique.

« À 20 ans, tu t’attends à avoir des responsabilités. Pas que ce n’était pas le cas à Victoriaville, mais j’en ai beaucoup présentement. Et c’est l’fun. »

Mais par-dessus tout, Lauzon tripe vraiment à l’idée de faire un long bout de chemin en séries.

« On a un gros club, on est solides partout. L’objectif est de se rendre au tournoi de la Coupe Memorial et on a ce qu’il faut pour le faire. Ça finirait tellement bien mon stage junior… »

Lauzon affirme qu’il continuera à jouer au hockey la saison prochaine. Mais où, il n’en sait rien encore. Pas le plus grand ni le plus gros, il n’a jamais rêvé à la Ligue nationale, on le sait.

« Il y a les études qui sont importantes aussi. On verra bien. Mais pour l’heure, je veux profiter au maximum de mes derniers moments dans la LHJMQ. »

Déçu pour Corbeil

Félix Lauzon était par ailleurs très proche du jeune Benjamin Corbeil, que les Voltigeurs ont échangé à l’Armada de Blainville-Boisbriand au cours des dernières semaines. Le Roxtonais était le grand frère du Granbyen, ni plus ni moins.

« J’étais déçu quand j’ai appris la transaction, avoue celui qui est un des adjoints au capitaine chez les Voltigeurs. Mais Benjamin a un talent fou et il va assurément faire sa place dans la LHJMQ. On se parle un peu moins souvent, évidemment, mais on est restés en contact. Je serai toujours là pour lui. »