Gabriel Chicoine a récolté six points dans la série face aux Braves.

Face au Collège Français, Chicoine s’attend à « autre chose »

« On a franchement hâte que ça commence. Après quasiment une semaine, il est temps de retourner sur la patinoire et de faire ce qu’on a à faire. »

Le capitaine des Inouk, Gabriel Chicoine, est d’avis que ses coéquipiers et lui sont bien reposés et qu’ils sont prêts à faire face à la musique contre le Collège Français en demi-finale de la Ligue de hockey junior AAA. Le premier match de cette série au meilleur de sept rencontres est présenté mardi soir au Colisée Jean-Béliveau de Longueuil.

« Ce sera une série très différente de celle que nous avons vécue face aux Braves, a expliqué Chicoine. Contre Valleyfield, ça patinait, mais c’était robuste, c’était du hockey physique. Là, on affronte une équipe beaucoup plus rapide, tant au niveau du patin que de l’exécution. Vraiment, je m’attends à complètement autre chose. »

Les Inouk n’auront pas l’avantage de la glace face au Collège Français, deuxième au classement général du calendrier régulier et champion de la section Martin St-Louis. Ce qui ne semble pas trop déranger celui qui a amassé six points face aux Braves.

« C’est toujours préférable d’avoir l’avantage de la patinoire, mais on sait qu’on est capables de gagner partout. On l’a démontré tout au long de la saison. »

Plus souvent qu’autrement, dans les séries de la LHJAAAQ, chaque équipe joue un match à la maison à tour de rôle et la rencontre décisive a lieu sur la glace du meilleur club au classement en saison régulière. Cette fois, les deux premières parties seront présentées à Longueuil et les deux suivantes au centre sportif Léonard-Grondin, ce qui change un peu la stratégie.

« Dans une formule comme celle-là, l’équipe qui a l’avantage de la patinoire a une certaine pression, a analysé Chicoine. Notre jeu à nous, c’est de gagner un des deux premiers matchs à Longueuil. Si on réussit, ça nous place en bonne position. »

Conscients du défi
Les Inouk, on le répète, ont remporté cinq de leurs six matchs face au Collège Français cette saison. Et leur seule défaite, en plus, est survenue en bris d’égalité. La question se pose: y’a-t-il une chance que les Granbyens soient un peu trop confiants en débarquant à Longueuil mardi soir ?

« On ne tombera pas dans ce panneau-là ! a tranché Gabriel Chicoine. On affronte une excellente équipe, on le sait, et on sait aussi que les séries, c’est une autre affaire. On a confiance, mais on est très conscients qu’il faudra travailler très fort, on est conscients du défi qui nous attend. »

Chicoine a conclu en disant qu’il s’attendait à une longue série.

Patrice Bosch n'aime pas entendre parler d'excès de confiance.

QUEL EXCÈS DE CONFIANCE?

Patrice Bosch ne craint pas lui non plus d’excès de confiance à la suite des brillantes performances réalisées par ses joueurs face au Collège Français cette saison.

« Franchement, est-ce qu’on peut être trop confiants contre une équipe qui a fini en haut de nous au classement? a-t-il demandé, manifestement agacé par la question. On a eu du succès contre Longueuil en saison régulière, mais plusieurs des matchs auraient pu aller d’un bord comme de l’autre. Et nous sommes maintenant en séries. La saison, c’est loin derrière. »

Bosch affirme que ses joueurs sont prêts.

« Les gars sont bien préparés. Mais comme toujours, c’est sur la glace que ça se joue. »

Bosch ne prévoit pas de changements à son alignement par rapport au dernier match face aux Braves, il y a une semaine. Marc-Antoine Dufour sera bien sûr devant le filet alors que les Jacob Graveline, Hubert Cyrenne-Blanchard, Alexis Chicoine et Jordan Roy devraient encore regarder le match du haut des gradins.