Even Racine a enlevé sa cinquième victoire de la saison vendredi soir à l'Autodrome Granby.
Even Racine a enlevé sa cinquième victoire de la saison vendredi soir à l'Autodrome Granby.

Even Racine profite de la malchance de Félix Roy

Michel Tassé
Michel Tassé
La Voix de l'Est
Even Racine n’avait pas la voiture parfaite qu’il a eue si souvent depuis le début de la saison vendredi soir à l’Autodrome Granby. Mais il a profité du revers de fortune subi par Félix Roy pour enlever les honneurs de la finale de 100 tours présentée en classe sportsman devant les 250 spectateurs autorisés par la santé publique.

Parti deuxième, Roy s’est installé en tête très rapidement et a résisté à on ne sait plus combien de drapeaux jaunes et à un drapeau rouge, résultat de l’embardée dont a été victime Maxime Paquette, de Saint-Césaire, qui en était à son premier départ en sportsman. Mais voilà qu’avec cinq malheureux petits tours à faire, il a bêtement manqué d’essence, perdant ainsi toutes ses chances de triompher après avoir livré une performance franchement impressionnante jusque-là.

Félix Murray, qui connaît une très bonne séquence, a fini deuxième derrière Racine, faisant en sorte que les Granbyens ont pris les deux premières places sur le podium. Alex Lajoie a terminé troisième alors que Cédric Gauvreau et Steven Lajoie ont complété le top 5.

«C’est vrai, la voiture était difficile à conduire ce soir, a commenté Racine, qui a remporté sa cinquième victoire de la saison. Mais elle s’améliorait au fur et à mesure, même si j’ai reculé une fois et une puis une autre. Ça a été une longue course, une course spéciale.»

Plus loin, Murray semblait carrément exténué.

«Oui, je suis fatigué, a-t-il dit. Je ne suis pas un petit bonhomme et 100 tours, c’est éprouvant. Mais je suis satisfait. Finir deuxième derrière Even Racine, un de nos pilotes les plus talentueux, y’a absolument rien de gênant là.»

Un peu long, le «Sportsman Showdown» a été tout sauf ennuyant. Les modifiés n’étaient pas à l’horaire, vendredi soir à l’Autodrome, mais les sportsman ont offert un excellent spectacle.

Au feu!

Si les accrochages et les accidents ont été nombreux en sportsman, les amateurs présents n’ont jamais eu aussi peur que lors de la finale en semi-pro open alors qu’après avoir heurté le mûr, la voiture de Samuel Charland a pris feu et que le pilote a mis un certain temps avant de sortir de son bolide.

Le brasier était intense, très intense, mais Charland, de Victoriaville, s’en est tiré avec plus de peur que de mal. Au grand soulagement de tous.

La victoire en semi-pro open, qui réunissait majoritairement des voitures pro-stock, est allée à Steve Chaput, de Saint-Pie. Couvre-feu oblige, la finale, prévue pour 30 tours, a été abrégée à huit tours.

Les gens de l’Autodrome avaient aussi décidé de faire un clin d’œil au passé en invitant de vieux modifiés (les voitures vintage de la DIRT Nostalgia Tour). L’Ontarien Josh Powers a mis la main sur la victoire.

Une troisième pour Voghell

Comme d’habitude, la première finale de la soirée a été l’affaire des sports compacts. Au terme d’une épreuve de 25 tours, cinq de plus qu’à l’habitude, le Sherbrookois Mathieu Voghell a eu le meilleur sur Danick Sylvestre, d’Ange-Gardien, et Sébastien Raymond-Beauregard, de Granby.

C’était le troisième succès de Voghell cette saison.

«Est-ce que je suis content de cette deuxième position? Non!, a lancé Sylvestre, qui était de retour après avoir pris une pause la semaine passée. Moi, je voulais gagner.»

L’action reprendra vendredi prochain à l’Autodrome dans ce qui devrait être l’avant-dernier programme de la saison.