Even Racine a survolé la piste certains soirs depuis le début de la saison.
Even Racine a survolé la piste certains soirs depuis le début de la saison.

Even Racine a hâte de graduer

Michel Tassé
Michel Tassé
La Voix de l'Est
Les sportsman ne seront pas en action, vendredi soir à l’Autodrome Granby, à l’occasion du premier programme de la saison présenté devant des spectateurs. Tout de même, il vaut la peine de s’attarder à l’excellente saison que connaît le Granbyen Even Racine.

Racine, 18 ans, a remporté trois des cinq finales présentées dans sa catégorie depuis le début de la saison. Certains soirs, il a littéralement survolé la piste. Et ils sont nombreux à penser qu’il est prêt – sinon plus que prêt – à passer à l’étape suivante.

«J’en suis à ma quatrième saison en sportsman et c’est certain que j’ai hâte de me retrouver en modifié, lance le neveu de Steve Bernard. J’ai gagné quatre ou cinq fois à Granby la saison dernière, ça va encore bien cette année, je pense aussi que je vais être prêt bientôt…»

Le chef d’équipe de Racine est Jocelyn Bernard, le père de Steve. Et grand-papa veut qu’Even continue à prendre de l’expérience.

«Mon grand-père veut que je sois prêt, vraiment prêt. Et il aimerait que je remporte un deuxième championnat en sportsman après celui que j’ai gagné au RPM Speedway la saison dernière.»

Racine domine le classement, 12 points devant Moïse Pagé, qui ne semble pas vouloir lui faire de cadeaux.

«La compétition reste forte en sportsman. À peu près tout le monde dans le top 10 peut l’emporter un soir donné.»

Dans le contexte d’un pilote pressé de graduer, Racine s’était fixé des objectifs élevés cette saison.

«Je veux remporter le championnat et toujours être sur le podium. Ça va bien jusqu’ici!»

Le pire résultat de Racine a justement été une troisième place. C’est arrivé une seule petite fois.

Il a par ailleurs fini deuxième au RPM Speedway samedi dernier à l’occasion du premier programme de la saison. Et il compte aussi deux troisièmes places à Cornwall.

Une affaire de famille

Le stock-car sur terre battue, on l’a déjà dit, c’est une affaire de famille chez les Bernard-Racine. William (16 ans) court également en sportsman et les frères Racine sont les protégés de Steve Bernard et de son père Jocelyn.

«Mon frère et moi, on est vraiment chanceux d’être aussi bien entourés, avoue Even. On apprend vraiment à chacun des courses. On est coachés par de vrais de vrais professionnels.»

Et bien sûr, Even a hâte de courir avec oncle Steve en modifié.

«Ça va être l’fun, c’est certain. Ça va peut-être être intimidant au début, je sais pas. Mais bon, on n’est pas encore rendu là…»

D’abord, il a encore des objectifs à atteindre en sportsman.

DES CHOIX À FAIRE

Plusieurs amateurs se posent la question : pourquoi est-ce que les sportsman font impasse sur la soirée de vendredi?

«L’Autodrome Drummond reprend ses activités en fin de semaine et, dans le contexte actuel, nous n’aurions pas eu une tonne de sportsman si nous avions aussi mis la classe en question au programme, explique le promoteur Dominic Lussier. Question de sous, les équipes sont obligées de faire des choix en cette saison très particulière.»

Les modifiés y seront, de même que les pro-stock et les sports compacts.

Par ailleurs, Lussier ne sait plus s’il prolongera la saison de l’Autodrome plus tard que les dates normalement prévues comme il l’avait évoqué à la suite du dernier programme.

«Ce n’est pas une saison facile, dit-il. On fait beaucoup moins de courses que d’habitude, mais on travaille beaucoup plus fort pour arriver à faire ce que l’on fait. Un peu tout le monde est fatigué, moi le premier. On va se donner un peu de temps de réflexion avant de prendre une décision finale.»

Un gros 250 personnes seront admis sur le site de l’Autodrome vendredi. Évidemment, les billets se sont envolés très rapidement. Les amateurs pourront toutefois à nouveau voir les courses grâce au web.