Even Racine n'a pas manqué de célébrer son deuxième succès de la saison.

Even Racine a du plaisir

Après avoir connu toutes sortes de misères le week-end précédent, Even Racine est revenu en force vendredi soir à l'Autodrome Granby en remportant sa deuxième victoire de la saison. À 17 ans, il fait partie de la belle relève que l'on retrouve en classe sportsman.

«Il y a des hauts et il y a des bas, mais je vous dirais que j'ai beaucoup de plaisir depuis le début de la saison, a expliqué le Granbyen, qui a eu le meilleur sur Moïse Pagé et Jérémy Roy. La classe est remplie de jeunes de talent, des gars désireux de faire leurs preuves et désireux de monter. J'ai vraiment du fun à courir avec ces gars-là.»

Son frère William fait également partie de cette relève pleine de promesses. Tout comme les frères Roy, Jérémy et Félix. Et il y en a d'autres.

«La saison dernière, on courait, mais on savait que Martin Pelletier était dans une catégorie à part, a repris Racine. Mais là, Martin est rendu en modifié et la victoire est à la portée d'un peu tout le monde. On travaille fort, on prend de l'expérience chaque semaine et, en plus, on a une chance de gagner aussitôt qu'on arrive sur la piste. On a une motivation supplémentaire.»

Racine l'avoue: le jour n'est pas loin où il se retrouvera en modifié. Et c'est évidemment ce qu'il souhaite.

«Mais j'ai une confiance à bâtir. Il faut que je sois constant, que j'évite les mauvais week-ends, et que j'accumule les victoires. J'ai encore beaucoup de travail devant moi.»

Racine, on le sait, est le neveu de Steve Bernard. Et il porte les couleurs de Bernard Racing. Bref, le jeune a le talent... et du budget. On appelle ça avoir le meilleur des deux mondes.

«Steve m'a donné beaucoup de conseils, surtout au début. Aujourd'hui, il m'encourage plus qu'il me donne des trucs. Mais en même temps qu'il me laisse faire mes expériences, il est toujours là pour moi s'il y a quelque chose. On a une belle relation.»

Vendredi, le jeune a eu une meilleure soirée que mononcle Steve, qui a dû se contenter d'une septième place en modifié.