Eugène Lapierre, Isabelle Charest et Alain Faucher ne se sont pas laissés prier pour vanter les mérites d'Eugenie Bouchard, hier, alors qu'on dévoilait l'identité de ceux et celles qui participeront au 19e Challenger Banque Nationale.

Eugenie, la grande fierté du Challenger

Non, Eugenie Bouchard ne participera pas au Challenger Banque Nationale de Granby du 12 au 20 juillet. Mais hier soir, alors que les organisateurs dévoilaient l'identité de ceux et celles qui participeront à la 19e édition du tournoi, c'est quand même d'elle dont il a clairement été le plus question. Bouchard est venue à Granby deux fois: en 2011, lorsqu'elle a atteint le deuxième tour, et en 2012, alors qu'elle a été couronnée championne. Et aujourd'hui, ses succès font la fierté des organisateurs du Challenger et des amateurs de tennis de Granby en général.
«C'est nous, à Granby, qui avons été les premiers à voir à quel point elle avait du talent, à quel point tout était possible pour elle, a indiqué Eugène Lapierre qui, en plus d'être le grand patron de la Coupe Rogers à Montréal, est le directeur du Challenger. À Granby, on a tout vu ça avant tout le monde!» Lapierre a parlé de «l'incroyable impact» qu'auront les succès de Bouchard sur le tennis canadien.
«Ça aura de l'impact partout, sur la vente des billets à Montréal comme à Granby, comme sur la participation des jeunes. Tantôt, tous les petits garçons et les petites filles vont vouloir jouer au tennis. En 1976, toutes les petites filles voulaient faire de la gymnastique après avoir vu Nadia Comanecci aux Jeux de Montréal. L'effet Eugenie risque fort de ressembler à ça...»
Selon Lapierre, Bouchard a «de très bonnes, d'excellentes chances même», de triompher à Wimbledon. «J'irai même plus loin: elle a tout ce qu'il faut pour devenir la joueuse numéro un au monde! Rien de moins!» «Elle fait rêver tout un pays» Isabelle Charest est la présidente d'honneur du 19e Challenger. L'ex-championne de patinage de vitesse et médaillée olympique avait les yeux grands, hier, en parlant d'Eugenie Bouchard.
Tous les détails dans notre édition de vendredi