Adam Dyczka et Dimitri Waardenburg auront l’occasion de démontrer qu’ils sont en forme à deux semaines de leur plus important combat en carrière.

Entraînement public pour Dyczka et Waardenburg

À deux semaines de leur plus important combat en carrière, Adam Dyczka et Dimitri Waardenburg vont mettre les gants devant public, vendredi soir, au Speedy Gym.

L’entraîneur Dirk Waardenburg propose aux amateurs de sports de combat d’assister à une séance de « sparring » mettant en vedette Dyczka et Waardenburg, mais aussi Charles Hauver et Yan Pellerin, à son gymnase de la rue Denison Est. Du « sparring », c’est ni plus ni moins un combat où les adversaires font attention de ne pas se blesser. 

Au Centre Bell, le 8 décembre, Dyczka (6-0) va se battre pour le titre des lourds de TKO MMA face au Montréalais d’origine sénégalaise Bakary Sakho alors que Waardenburg (13-8), lui, va affronter l’Albertain Jesse Arnett pour la ceinture des 135 livres. 

« Les gens vont pouvoir constater de leurs propres yeux qu’Adam et Dimitri sont en forme et prêts », a lancé coach Waardenburg, qui sera dans le coin des deux athlètes au Centre Bell. 

Dyczka va se battre avec Pellerin, l’autre professionnel d’arts martiaux mixtes à Granby, tandis que Waardenburg va livrer bataille à Hauver, qui compte un combat pro en boxe et un en arts martiaux mixtes à son actif. Les deux combats seront d’une durée de cinq minutes. 

La soirée va débuter à 18 h et l’entrée est gratuite. Il y aura aussi de la boxe, avec notamment un combat de filles, et de la boxe thaïlandaise. Toujours avec les athlètes de Waardenburg. 

« Les sports de combat, ça fonctionne à Granby. On a de bons athlètes et les gens aiment ça. Je m’attends à ce qu’il y ait pas mal de monde. »

La tension monte

À lire tout ce qui s’écrit sur les médias sociaux, on se rend compte que la tension monte à deux semaines de la soirée TKO41 : Champions de TKO MMA, la plus importante association d’arts martiaux mixtes au pays. Pas besoin de passer plusieurs heures sur Facebook pour se rendre compte que Bakary Sakho, qui vise la même ceinture qu’Adam Dyczka, ne cesse de narguer le Granbyen. 

« Adam n’est pas très réseaux sociaux, a souligné Dirk Waardenburg. Alors, Sahko perd son temps à vouloir lui jouer dans la tête. La seule chose qui m’importe, moi, c’est qu’Adam soit en forme. Et je vous garantis qu’il l’est. »