Danny Gélinas

Enfin le début de la saison de golf !

CHRONIQUE / Ça y est, nous y sommes : la saison de golf a enfin débuté.

En ce qui me concerne, le fait de pouvoir jouer dès la 3e semaine de mai malgré cette pandémie m’a réjoui au plus haut point puisque je ne croyais pas être en mesure de m’élancer avant la mi-juin, au minimum.

Quand je discutais avec de nombreuses personnes du milieu, on m’assurait que des négociations étaient menées de front en collaboration avec les autorités de l’industrie du camping, mais que les activités tant de l’un que de l’autre n’étaient près d’ouvrir de sitôt. 

Ceci étant dit, après avoir logé des appels ici et là, j’en suis également venu à la conclusion que la majorité des parcours de notre belle région sont en excellente condition et que le mois précédant l’annonce du signal de départ aura été très bénéfique pour tous les surintendants et leurs équipes, qui ont pu manucurer leur petit bijou à leur façon avec le résultat que l’on connaît aujourd’hui.

Je n’ai pu résister moi non plus à l’appel de la famille recomposée Cobra-Bridgestone — celle qui se retrouve dans mon sac de golf — et je me suis élancé évidemment à quelques reprises depuis. 

Bien entendu, j’en ai aussi profité pour inscrire quelques notes dans mon calepin, dont voici les premiers jets… 

*****

Étant donné les règles sanitaires très strictes qui prévalent, il faut tout d’abord passer par le dispensateur de Purell si l’on veut pénétrer à l’intérieur de chacune des boutiques du pro. 

Pour ma part, je me suis tellement lavé et désinfecté les mains depuis la mi-mars que je crois y avoir retrouvé de vieilles réponses d’examen du temps où j’étudiais au collégial !

*****

Sur un ton plus sérieux, j’ai bien apprécié une de mes premières rondes de l’année en compagnie du couple formé de Claude et Ginette Michaud ainsi que de Robert Vachon, trois jeunes retraités.

Si Claude a besogné toute sa carrière comme chauffeur pour la Brasserie Molson et son épouse pour VIA Rail, Robert a passé la plus grande partie de sa vie active chez Hydro-Québec. 

Au fil de nos conversations, Claude me fit la confidence que deux de ses bons amis à la Brasserie Molson étaient feu Jérôme « Jerry » Cotnoir et André Pleau, qui détenaient l’agence de Trois-Rivières en plus d’être de véritables légendes du sport en Mauricie. 

Une autre preuve que nous vivons dans un très petit monde, car voyez-vous, non seulement M. Cotnoir (avant son décès en février 2018) était-il un intime de mon père, mais mon vieux pote Steve Larouche et moi jouions souvent au golf « dans le temps » en compagnie d’André au club de golf Du Moulin, en banlieue de Trois-Rivières, où nous étions tous les trois membres. 

C’est vous dire… 

*****

Le champion senior Alain Balthazard vient de se joindre au Parcours du Vieux-Village.  Une belle prise de mon ami Marc Hurtubise…

Une belle prise de l’ami Marc Hurtubise du Parcours du Vieux-Village fut l’embauche récente du champion senior Alain Balthazar, qui y agira cette année en tant que préposé aux départs, « marshall » ainsi qu’employé sur le terrain à raison de quelques heures par semaine. 

Toujours au Vieux-Village, il semble qu’une grosse annonce sera faite dans les prochains jours et celle-ci réjouira plusieurs amateurs de golf de la région.

Mais ne vous en faites pas, on m’a réservé la primeur…

*****

Plus tôt cette semaine, j’ai vraiment apprécié la ronde disputée en compagnie du couple formé de Pierre et Lucie Rathé ainsi que de la charmante Françoise Ladouceur. 

Si Françoise provient de Montréal, où elle a passé la plus grande partie de sa carrière au département des ressources humaines de la Commission scolaire de Montréal, Pierre et Lucie passent l’été chez nous, eux qui bon an mal an louent un condominium aux abords de la montagne de Bromont.

Respectivement président et vice-présidente comptabilité de l’entreprise spécialisée dans le domaine des articles promotionnels Triangle D’Art, que la famille a fondée il y a une trentaine d’années, nos deux tourtereaux sont, tout comme Françoise, de très agréables compagnons avec lesquels il fait bon de jouer. 

En passant, tant Pierre que Lucie font dire un beau bonjour à mon ami Steven Allen, le directeur des opérations golf du club Farnham, où Lucie a été sacrée championne du club.

Mais entre vous et moi, cela ne me surprend guère, car vous devriez voir son élan ! Pas pour rien qu’elle fut également championne des clubs Belœil et La Vallée du Richelieu dans un passé pas si lointain !

Pierre n’est cependant pas en reste puisqu’en dépit d’une vilaine blessure qu’il traîne depuis quelques mois et qui ne lui permet que d’utiliser au mieux des bâtons « hybrides », il s’est très bien tiré d’affaire en roulant un excellent 79 !

Toutefois, ce qui surprendra le plus, en discutant avec eux, c’est qu’ils sont tous deux âgés dans la mi-soixantaine, alors qu’on leur en donnerait que 54 ou 55 ans au maximum !

Des gens en forme, les Rathé !

ON EN JASE AUTOUR D’UN BON CIGARE

D’entrée de jeu, je m’en voudrais de ne pas souhaiter la meilleure des chances à l’un de mes anciens joueurs, en l’occurrence Louis Robitaille, devenu récemment le grand manitou des Olympiques de Gatineau, qui possèdent trois des quatre premiers choix au total en vue du prochain repêchage de la LHJMQ, qui se tiendra de façon virtuelle vendredi prochain en soirée ainsi que samedi toute la journée.

Misant au départ sur les choix 1, 2 et 4, il semble d’ores et déjà assuré qu’il jettera son dévolu sur la jeune sensation Tristan Luneau au tout premier rang.

Par contre, bien malin celui qui pourrait prédire quelle sera l’identité du deuxième joueur appelé par les Olympiques et c’est probablement ce choix ainsi que le troisième détenu par les Sea Dogs de Saint John qui donneront le ton à une séance qui s’annonce déjà très fertile en rebondissements !

Bonne chance mon Louis !

****

Une petite blague en terminant : 

Profitant de la pandémie, le chanteur et poète Gilles Vigneault a puisé dans son répertoire afin d’encourager les passionnés d’horticulture. Il chante « Gens du paillis, c’est votre tour… »