À Loudon, le week-end dernier, je n’étais pas derrière le volant, mais je vous jure que j’étais proche de l’action, je me mêlais de tout.

Une saison particulière

CHRONIQUE / Ma saison 2019 en série canadienne de NASCAR en aura finalement été une de 10 courses. Avant même de passer de nouveaux tests, cette semaine, il a été décidé que je devais continuer à me reposer pendant encore un certain temps. Aucune chance à prendre avec le cœur, affirment mes médecins.

Ça m’a déçu puisque j’aurai aimé participer à la dernière course de la saison, sur le très beau circuit de Jukasa, mais je me dis que ça ne sert effectivement à rien de prendre des risques et, ultimement, d’hypothéquer le début de ma prochaine saison.

Encore en fin de semaine, ce sera le jeune Alex Guénette qui conduira ma voiture après avoir ramené une intéressante septième place lors de l’épreuve présentée à Loudon, au New Hampshire, le week-end dernier.

Avec son regard neuf, Alex nous a confirmé qu’il y avait des choses qui ne fonctionnent pas avec notre voiture sur ovale. On va faire d’autres tests ce week-end et on espère ensuite être en mesure d’en faire encore d’autres avant que la neige ne commence à tomber. Tout ça dans le but d’être véritablement prêts pour le début de la prochaine saison, au mois de mai.

J’étais à Loudon en fin de semaine dernière et je serai à Jukasa samedi. Au New Hampshire, je n’étais pas derrière le volant, mais je vous jure que j’étais proche de l’action, je me mêlais de tout. Disons que c’est une autre façon de vivre ma passion en attendant.

J’ai soutiré le maximum de ma voiture

Franchement, ma saison aura été particulière. Outre le fait qu’elle a pris fin beaucoup trop tôt à mon goût pour les raisons que vous connaissez, je retiendrai que j’ai bien fait sur circuit routier, que j’en ai arraché joyeusement sur ovale, mais que, malgré tout, j’étais encore dans la course au championnat au moment où ma santé est venue me jouer des tours. En 10 courses, j’ai gagné une fois — dans les rues de Toronto — et j’ai terminé six fois dans le top 5. Quand même pas mal.

En bout de ligne, je pense que j’ai réussi à soutirer véritablement le maximum de ma voiture.

La saison se termine ce week-end et les fins de saison me rendent toujours un peu nostalgique. Mais j’ai déjà la tête à 2020. Et je vous confirme que je serai de retour en série canadienne de NASCAR, qui demeure ma priorité, mais que je resterai ouvert à courir en série Xfinity ou en camionnette si une opportunité se présente et si, bien sûr, il n’y a pas de conflit avec le calendrier de la série Pinty’s.

Andrew mérite le titre

C’est donc samedi, en fin de soirée, qu’on connaîtra l’identité du champion de la saison 2019. Andrew Ranger, on le sait, mène le championnat par 11 points devant Kevin Lacroix.

Je vous parle ici comme un observateur, un analyste. J’ai couru avec les deux hommes cette année et, pour les raisons que je vais vous énumérer, je vous dirai qu’Andrew mérite davantage le titre que Kevin, qu’il a démontré davantage de caractéristiques d’un champion.

Andrew le mérite plus en raison de la façon dont il a géré ses courses, parce qu’il a su être patient quand c’était nécessaire de l’être et parce qu’il a été respectueux de ses adversaires en piste. Il a vraiment connu une belle saison.

Évidemment, rien n’est joué, tout est encore possible pour Kevin. J’ai hâte de voir samedi !

La fin de la saison signifie également la fin de cette chronique. Encore cette année, j’ai eu énormément de plaisir à vous jaser de mon sport et à vous amener en coulisse. J’aimerais d’ailleurs remercier les quotidiens de Groupe Capitales Médias pour cette nouvelle opportunité.

En passant, je souhaite longue vie à nos quotidiens régionaux, dont le travail est tellement, tellement important ! Je suis derrière eux à 100 % !

À la prochaine !

Propos recueillis par Michel Tassé