Adam Dyczka à l’occasion de son dernier combat. Fin janvier, il avait disposé de Jose Manuel Paredes par décision unanime au Casino de Montréal.
Adam Dyczka à l’occasion de son dernier combat. Fin janvier, il avait disposé de Jose Manuel Paredes par décision unanime au Casino de Montréal.

Dyczka retrouvera sa raison de vivre

Michel Tassé
Michel Tassé
La Voix de l'Est
Adam Dyczka avait un gros sourire dans la voix lorsqu’on l’a joint mardi en fin d’après-midi. Même si les gens du milieu de la boxe en avaient déjà été informés, la confirmation du déconfinement des sports de combat, annoncé par la ministre Isabelle Charest, a représenté un doux moment pour l’athlète granbyen.

«Quel soulagement!, a d’abord lancé Dyczka. Franchement, ça fait du bien. Ça faisait tellement longtemps qu’on attendait ça.»

Dyczka, on le sait, a été un des premiers athlètes à être affectés par la situation qui touche la planète au grand complet. Prévu pour le 12 mars au Casino de Montréal, son troisième combat en boxe professionnelle avait été annulé à 24 heures d’avis. Fragile, il avait encaissé très durement le coup.

«Je n’ai pas parlé directement à Camille (Estephan, promoteur d’Eye of the Tiger Management), mais je sais qu’il a des plans pour moi, a repris Dyczka. Ça a l’air qu’il veut que tous ses boxeurs se battent rapidement.»

À LIRE AUSSI: Feu vert aux sports de combat au Québec

Dyczka est entraîné par Dimitri Waardenburg et le père de ce dernier, Dirk, est ni plus ni moins son gérant.

«Camille veut effectivement qu’Adam remette les gants rapidement, a confirmé Dirk Waardenburg. On parle d’un combat en octobre. Ça va venir vite et c’est tant mieux.»

Après avoir remporté sept de ses huit combats en arts martiaux mixtes, Dyczka a gagné ses deux premières batailles en boxe, dont une par mise hors de combat. Il avait été mis sous contrat par Eye of the Tiger à la suite de sa deuxième victoire.

Un objectif de vie

Adam Dyczka a trouvé les derniers mois difficiles. Après ne s’être battu qu’une seule fois en 2019 (en boxe), il avait l’intention d’enfiler les gants une fois et puis une autre en 2020. Pandémie oblige, il n’a finalement livré qu’une seule bataille jusqu’ici.

«Malgré tout, je suis dans une forme acceptable, a-t-il dit. Je pèse actuellement 285 livres, ce qui n’est pas trop mal.»

Pas trop mal, en effet, compte tenu que le poids lourd était monté sur le ring à 275 livres lors de son dernier combat, à la fin janvier.

«Vous savez c’est quoi le plus beau dans cette histoire de déconfinement des sports de combat? C’est que je retrouve un objectif de vie, même une raison de vivre. Moi, ma vie, c’est de me battre et on m’avait enlevé ça. Là, je vais reprendre l’entraînement de façon intensive et je vais avoir une bonne raison de me lever à tous les matins. Je suis content, je suis heureux.»

Et croyez-nous, ça s’entendait dans sa voix.