Selon Patrick Côté, Adam Dyczka a prouvé qu’il était le meilleur poids lourd au pays. On voit ici le Granbyen en action face à Bakary Sakho.

Dyczka: l'appel de l'UFC est imminent

Si Patrick Côté, qui a connu une brillante carrière au sein de l’UFC (Ultimate Fighting Championship), a décidé de s’associer à Adam Dyczka, c’est parce qu’il voit un immense potentiel, pour reprendre ses propres mots, en l’athlète granbyen.

« Adam a du talent, il est facile à diriger et il a une bonne tête sur les épaules, explique-t-il. En même temps, il est jeune et il a besoin d’être bien conseillé sur le plan des affaires. Moi, je suis là pour l’aider à progresser... et aussi l’aider à ne pas se faire avoir. »

Dyczka en a encore mis plein la vue vendredi au Centre Bell. Au Canada, ses preuves sont faites, selon son nouvel agent.

« Adam a prouvé qu’il était le meilleur poids lourd au pays. Il a battu tout le monde, chaque fois de façon décisive. C’est lui le numéro 1 et sa ceinture est là pour le confirmer. »

De l’avis de Côté, il est prêt à faire le grand saut.

« C’est clair qu’Adam a sa place en UFC. Les gens de l’organisation le connaissent et l’appel de l’UFC est imminent. Il est rendu là. »

Mais voilà, Dyczka est encore sous contrat avec TKO MMA. Il a encore trois combats à disputer au sein de l’organisation de Stéphane­ Patry.

« Ça, évidemment, c’est délicat, reprend Côté. En même temps, c’est comme un entraîneur de la LHJMQ ou de la Ligue américaine qui reçoit une offre de la Ligue nationale. Tu ne peux pas empêcher­ quelqu’un de monter. »

Au Centre Bell, vendredi, la rumeur courait à l’effet que Dyczka intéresserait aussi les gens du monde de la boxe. On a même entendu dire qu’Yvon Michel avait l’œil sur lui.

« C’est pas compliqué, on dirait que tout le monde veut sa part d’Adam présentement, dit encore Côté. Il est bon et les gens l’aiment. Avez-vous entendu le public scander son prénom l’autre soir ? Mais honnêtement, je ne vois pas pourquoi Adam irait boxer à l’heure où on se parle. Je ne vois pas quels avantages il pourrait en tirer. Il est en train de faire sa niche dans les arts martiaux mixtes, c’est là que l’argent se trouve pour lui. Aussi­, ce n’est jamais bon de courir plusieurs­ lièvres à la fois... »

Mais pour l’heure, Côté affirme que son poulain a besoin de repos.

« Il vient de se battre cinq fois en 13 mois. C’est énorme. Et lorsque tu es toujours en camp d’entraînement, ce n’est pas là que tu t’améliores, ce n’est pas là que tu peaufines ton art. Il a des bobos à guérir aussi. Là, il faut qu’il prenne ça mollo pendant un certain temps. »

Prendre ça mollo avant de faire un grand pas en avant, manifestement.

Waardenburg : une mauvaise soirée

Patrick Côté est aussi l’agent de Dimitri Waardenburg, qui a connu une soirée autrement plus difficile qu’Adam Dyczka vendredi. Mais Côté croit toujours en lui.

« Dimitri a connu une mauvaise soirée comme ça m’est déjà arrivé à moi et comme ça arrive à tout le monde. Il a des lacunes, mais c’est un athlète sérieux et un combattant spectaculaire. Il est 10 fois meilleur que ce qu’on a vu au Centre Bell. Il avait déjà perdu contre Arnett (Jesse) et je pense qu’il était désavantagé psycho­logiquement. Mais il a ce qu’il faut pour revenir en force, j’en suis absolument convaincu. »