Pour le moment, Adam Dyczka ne sait trop ce qui l’attend.

Dyczka dans l’incertitude

Accompagné par son agent Patrick Côté, Adam Dyczka a rencontré la procureure de la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec, Joliane Pilon, mercredi après-midi. Mais il a quitté le palais de justice de Montréal sans savoir vraiment ce qui l’attend.

« On m’a demandé de ne rien dire, a expliqué l’athlète granbyen. La rencontre (d’une durée d’une trentaine de minutes) s’est bien déroulée, ça a été très cordial, mais il n’y a rien de réglé. Honnêtement, je ne peux pas dire que je suis soulagé. Mais je ne peux rien dire d’autre… »

Dyczka était très calme à l’autre bout de fil, mais on le sentait un brin inquiet.

Patrick Côté, lui, a mentionné qu’il devra maintenant s’assoir et discuter sérieusement avec son protégé. Il a ajouté que Dyczka sera entendu en audition publique par la Régie prochainement, à une date qui demeure toutefois indéterminée.

« Tout le monde veut le bien de tout le monde dans ce dossier », a dit l’ancien combattant de l’UFC.

Le 8 décembre dernier, au Centre Bell, Adam Dyczka a été couronné champion des lourds de TKO MMA à la suite de sa victoire aux dépens de Bakary Sakho, sa septième en autant de combats en arts martiaux mixtes. Mais la semaine dernière, on a appris qu’il avait échoué à un test antidopage effectué par la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec quelques heures avant sa bataille.

En entrevue à La Voix de l’Est, Dyczka a immédiatement avoué ses torts après l’annonce de son test positif. « J’ai fumé un joint deux semaines avant le combat », a-t-il révélé.