«On a un bel aréna et il est pas mal plus beau avec du monde à l’intérieur», lance Richard Morasse.

«Du travail à faire partout» chez les Inouk

Président de l’OSBL à la tête des Inouk, Richard Morasse ne joue pas à l’autruche. Il est déçu des foules enregistrées jusqu’ici cette saison au centre sportif Léonard-Grondin et il ne semble pas impressionné par la tenue de l’équipe.

« On a du travail à faire partout, c’est évident, lance-t-il. Granby est une ville de hockey, les Inouk représentent quelque chose d’important ici et une foule comme celle de dimanche dernier (ils n’étaient pas plus de 150 spectateurs), c’est gênant. Puis, sur la glace, une performance comme celle de vendredi dernier (la défaite de 8-3 face au Titan de Princeville), c’est gênant aussi… »

Les Inouk ont confirmé leur retour à la toute fin du mois de juin après que l’OSBL, après des mois de travail intense, eut été formé. Et Morasse a été le dernier des dirigeants à se joindre à la nouvelle organisation.

« Les gens ont travaillé fort et longtemps, mais tout s’est fait vite en même temps, reprend le Waterlois. On a du travail à faire, mais on a aussi du temps à reprendre. Rapidement, en début de saison, je me suis rendu compte qu’on manquait de bras. Une équipe junior AAA, c’est sérieux et ça prend pas mal de monde pour s’en occuper, beaucoup plus que ce qu’on avait. Recruter des gens, des gens de qualité, c’est une de mes tâches présentement. »

Les Inouk ont récemment annoncé des ententes commerciales avec les restaurants Scores et Pâtisserie Gaudet, des ententes qui permettront aux jeunes du hockey mineur de la région d’assister gratuitement aux matchs de l’équipe. On sent clairement une volonté des nouveaux dirigeants de faire bouger les choses.

« Il y a urgence d’agir, c’est clair, insiste Morasse. On a un bel aréna et il est pas mal plus beau avec du monde à l’intérieur. Quand je vois 1200 personnes au match d’ouverture des Bisons, je suis content, parce que ça veut dire qu’il y a encore de l’intérêt pour le hockey à Granby. »

Morasse dira qu’il est en contact constant avec Christian Roy, grand patron de Bisons.

« Je ne veux pas de mal aux Bisons et Christian ne veut pas de mal aux Inouk, je le sais. On offre des produits différents et on peut avoir une saine compétition dont tout le monde va bénéficier. Les succès aux guichets des Bisons sont plus motivants qu’autre chose. »

Un an pour faire ses preuves

L’OSBL a une entente d’un an, seulement un an, avec les propriétaires des Inouk, la famille Bernard en tête. Ce qui veut dire qu’elle a une petite année pour faire ses preuves et démontrer que la formule est gagnante.

« Je suis convaincu qu’on tient une formule gagnante. Mais il y a des choses à changer et tout ne peut pas se faire du jour au lendemain, évidemment, malgré l’urgence. Je peux vous dire que je travaille très fort, pas mal plus fort que j’avais imaginé que j’allais le faire au départ. Ça reste toutefois une belle aventure. »

Les Inouk reçoivent les Rangers de Montréal-Est vendredi soir. Et Richard Morasse espère que les joueurs de Patrick Bergeron offriront un bon spectacle.

« Je serais malhonnête si je vous disais que je suis satisfait de notre début de saison. Le match contre Princeville a fait mal et on ne peut pas se permettre des performances comme celle-là devant nos partisans. Nos hommes de hockey ont dit qu’ils visaient haut, très haut, et il faut respecter notre clientèle et jouer en conséquence. »

Non, le nouveau président ne semble pas être là pour faire uniquement des relations publiques…