Photographe officielle de la LBMQ, la Granbyenne Nathalie Miclette a marié ses deux passions afin de pondre son deuxième roman, <em>Double jeu</em>.
Photographe officielle de la LBMQ, la Granbyenne Nathalie Miclette a marié ses deux passions afin de pondre son deuxième roman, <em>Double jeu</em>.

Double jeu: un roman qui marie deux passions

Les habitués de la Ligue de baseball majeur du Québec (LBMQ) connaissent bien Nathalie Miclette, photographe officielle du circuit depuis six ans. En revanche, peu de gens savent qu’elle est aussi auteure à ses heures. La Granbyenne a marié ses deux passions afin de pondre son deuxième roman, Double jeu, présentement disponible sur la plateforme Amazon.

« J’ai toujours été dans les livres, que ce soit pour lire ou écrire, raconte la principale intéressée. J’ai mis quelques années à écrire mon premier roman, à travers mes autres fonctions. »

« J’essaie d’écrire tous les jours, mais je ne considère pas qu’il s’agit d’un vrai travail », ajoute celle qui œuvre dans le domaine du service à la clientèle chez Artopex.

Sa seconde offrande paraît donc deux ans après Le jardin des secrets, qui traite de violence conjugale. Autopublié et comptant 373 pages, Double jeu met en scène Sara-Rose Delorme, 28 ans. Issue d’une famille passionnée de hockey, elle est plutôt devenue photographe pour une ligue de baseball et se retrouve au cœur d’un triangle amoureux impliquant deux lanceurs de la même équipe.

De l’action et du drame

Bien qu’elle se soit servie de sa propre expérience, Mme Miclette assure toutefois que son roman n’a rien d’une autobiographie.

Elle souhaitait plutôt proposer une histoire susceptible de plaire à la fois aux hommes et aux femmes.

« Il y a de l’action, du drame et un peu de sexe, mais pas trop », indique l’auteure autodidacte de 51 ans, originaire d’Acton Vale.

Afin de rendre le récit aussi réaliste que possible, elle a consulté plusieurs joueurs de la LBMQ, dont certains provenant des États-Unis. Le receveur Guillaume Morin, des Pirates de Saint-Jean-sur-Richelieu, a d’ailleurs accepté que son nom apparaisse dans le roman.

« Ça a été une expérience très intéressante et formatrice. Je n’ai jamais fait de sport d’équipes, et encore moins du baseball. J’ai eu de la chance de pouvoir compter sur ces gars-là. »

Nathalie Miclette reconnaît que l’écriture l’aide à « sortir de sa zone de confort ».

« Pour donner une idée, à mon premier match comme photographe pour LBMQ, j’étais tellement timide que je suis restée de l’autre côté de la clôture ! Maintenant, je connais tout le monde à travers la ligue, mais de prime abord, je suis une femme très réservée. »

Double Jeu est disponible en versions papier et électronique. Une suite est présentement à l’étape de la correction, question de ne pas laisser les lecteurs sur leur faim…

Retrouver sa « famille »

Mme Miclette espère évidemment que la saison 2020 de la LBMQ débutera bel et bien le 11 juillet, une date qui approche très rapidement. Plusieurs questions demeurent en suspens, notamment concernant la possibilité d’accueillir des spectateurs.

La photographe granbyenne se croise donc les doigts. « Je suis heureuse d’avoir déjà pu assister à quelques entraînements. Les gars étaient aussi contents de se revoir, ça se voyait et ça s’entendait », rapporte-t-elle.

« On passe l’hiver à attendre le retour du baseball. Après six saisons, c’est devenu ma famille. Et j’ai hâte de la retrouver. »