Disqualification au Bromont Ultra

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
Initiative de journalisme local - La Voix de l'Est

L’aventurière et athlète Caroline Côté s’est vue retirer son titre du 160 km du Bromont Ultra. 

Selon l’organisateur de l’événement de course en sentier, Gilles Poulin, la coureuse s’est perdue à deux reprises avant qu’un bénévole lui offre de la ramener en voiture sur le bon chemin. 

« Le bénévole voulait juste l’aider, Caroline ne voulait pas tricher, ce n’était aucunement prémédité. J’ai moi-même ramené d’autres coureurs comme ça qui s’étaient perdus à d’autres endroits, mais ils ne se battaient pas pour le podium. » 

M. Poulin en a eu vent et, après la course, il a discuté avec elle pour savoir ce qui s’était passé, ce qu’elle a raconté sans problème, dit-il. Pour tous les coureurs qui ne se battent pas pour le podium, cette situation aurait été acceptable, mais pas pour un prétendant au podium. « Il n’y a pas une course sur la planète qui pourrait accepter que tu prennes un lift », résume M. Poulin. 

Comme le Bromont Ultra rapporte des points ITRA (International Trail Running Association), un système de pointage qui permet notamment de se qualifier à l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, le BU ne pouvait pas non plus risquer de perdre cette reconnaissance. 

Avec la disqualification de Caroline Côté, c’est Joëlle Hébert qui est montée sur la plus haute marche du podium.