Marilou Duvernay-Tardif, à gauche, a été sélectionnée pour joindre l’équipe canadienne aux championnats mondiaux d’aviron en Pologne, qui se déroulent du 25 au 29 juillet. Elle fait partie de l’équipe de quatre de couple féminin.

Direction la Pologne pour Marilou Duvernay-Tardif

L’avironneuse Marilou Duvernay-Tardif s’est envolée pour la Pologne où elle participera aux championnats du monde d’aviron des moins de 23 ans, dès le 25 juillet. Elle a su se tailler une place dans l’équipe canadienne pour deux compétitions internationales lors des épreuves de classement 2018, à la fin du mois de juin.

La jeune Bromoise d’adoption, qui fait partie de la nouvelle génération de Rowing Canada Aviron (RCA), fera équipe avec Hayley Chase, du Club d’aviron de Sudbury, Grace Van Den Broek, du Club d’aviron de Peterborough, et Louise Munro de l’Université Queens.

La semaine de sélection avait été difficile physiquement et mentalement. En plus de ramer tous les jours, les athlètes ne connaissaient pas le résultat de leur performance. Lorsqu’elle a appris qu’elle s’était classée, Marilou Duvernay-Tardif était particulièrement heureuse puisqu’il s’agit d’une belle occasion d’apprendre et de se perfectionner.

« C’est beaucoup d’inconnu et c’est un peu stressant, mais on a vraiment une bonne équipe d’entraîneurs qui nous guident là-dedans, confie l’avironneuse qui s’entraîne à Knowlton. Pour l’instant, on est vraiment concentrées sur l’entraînement et à s’assurer que le bateau va à la bonne vitesse. Une fois qu’on va arriver là-bas, on va se mettre plus dans l’idée de courser et de compétitionner. Je pense que l’équipe est très excitée et qu’on est pas mal prêtes. »

Les quatre athlètes s’entraînent ensemble depuis deux semaines, mais les résultats en Pologne sont difficiles à prévoir. « C’est difficile à dire parce qu’on est un bateau de développement », ajoute-t-elle, moins d’une heure avant de prendre l’avion.

Il s’agira de la première expérience à l’international pour les quatre membres de l’équipe. « C’est sûr qu’on aimerait faire la finale A, mais on va voir un peu plus où on se situe après notre première course. Je pense que le bateau va quand même bien, donc on est positives. »

Vers la Nouvelle-Zélande
À son retour de Pologne, le 30 juillet, Marilou Duvernay-Tardif se dirigera vers l’Ontario pour rejoindre l’équipe avec laquelle elle ramera en Nouvelle-Zélande, lors de la série Trans-Tasman des moins de 21 ans, qui se déroule du 23 au 25 août.

« C’est la première année qu’Aviron Canada va participer à cette compétition-là, qui se tient deux fois par année entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Dans le fond, c’est pour donner la chance aux plus jeunes d’avoir une expérience internationale autre que les championnats du monde. J’y vais vraiment pour prendre de l’expérience et apprendre encore plus comment courser à ce niveau-là. »

Elle fera notamment partie d’un équipage de huit avironneuses. « J’ai vraiment hâte ! »

Les athlètes de cette équipe se réunissent dès cette semaine pour commencer l’entraînement. Elle les rejoindra après les championnats du monde.

Campagne de financement
Comme ces compétitions internationales entraînent des coûts importants pour les athlètes, Rowing Canada Aviron a créé la campagne de financement en ligne #RCANextGen pour réduire les frais à débourser.

Dans un communiqué, la fédération explique vouloir éviter que des athlètes ne puissent pas représenter le Canada en raison de contraintes financières.

« Chaque équipe a sa page où on peut faire un don, explique Marilou. Ce qui est génial, c’est qu’on a un donateur qui double chaque don. C’est extraordinaire d’avoir ce support-là. Ça nous libère du stress de devoir financer le voyage. Ça nous aide vraiment beaucoup. »

En plus des billets d’avion, du logement et des repas, les équipes doivent aussi louer leurs embarcations pour l’entraînement et les compétitions.

Pour aider l’équipe de Marilou Duvernay-Tardif, il faut se diriger sur le site fundrazr.com/RCANextGenU23.