Yan Pellerin (à gauche) a remporté ses deux premiers combats en boxe professionnelle. On le voit ici en action lors de son affrontement face au Mexicain Jesus Beltran, présenté au Cabaret du Casino de Montréal au mois d’avril.

Direction Detroit pour Pellerin

Contrairement à Adam Dyczka et à Dimitri Waardenburg, Yan Pellerin n’est pas sous contrat avec TKO MMA, lui qui a toujours signé ses ententes à la pièce avec le promoteur Stéphane Patry. Et rien ne l’empêchera, donc, de prendra part au gala de boxe du 29 juin à la Place Bell de Laval en sous-carte à l’affrontement opposant Jean Pascal à Steve Bossé.

À l’heure où on se parle, le Granbyen ne connaît pas l’identité de son adversaire... même s’il en a une très bonne idée.

« On m’a parlé de Marcus Hicks, un gars que j’ai affronté deux fois en arts martiaux mixtes, et d’un gars du Nouveau-Brunswick, dit-il. Je pense qu’on s’enligne davantage vers Hicks. »

Hicks, un Albertain qui vit maintenant à Montréal, paraît-il, n’a pas d’expérience en boxe professionnelle. Sa fiche en arts martiaux mixtes est de 20 victoires et 25 défaites, dont un gain et un revers face à Pellerin.

« Moi, je vais prendre le boxeur qu’on va m’offrir », explique simplement Pellerin, toujours invaincu après deux combats en boxe.

Avec « Sugar » Hill
Jeudi ou vendredi, Pellerin va quitter en direction du Michigan afin d’aller s’entraîner au légendaire Kronk Gym de Detroit. Il ira rejoindre son grand ami Steve Bossé, dont l’entraînement est déjà supervisé par Javan « Sugar » Hill, qui est aussi l’entraîneur d’Adonis Stevenson.

« M. Hill semble voir un certain potentiel chez moi et il m’a offert de m’entraîner aussi, reprend Pellerin. C’est une offre qui ne se refuse pas. »

Au sujet du combat Bossé-Pascal, l’athlète de 38 ans sait que son ami n’est pas favori.

« Mais attention, personne ne pensait que Steve aurait du succès en arts martiaux mixtes et il a réussi. Steve a un menton de granite et sa droite est un véritable coup de canon. Moi, j’ai appris à ne jamais sous-estimer Steve Bossé. Je suis convaincu qu’il va offrir une bonne performance. »

Dyczka
Yan Pellerin est proche d’Adam Dyczka. Il est dans son coin à chacun de ses combats. Et il trouve déplorable que Stéphane Patry ne veuille pas le libérer de son contrat le temps d’une bataille.

« Adam Dyczka ne veut pas abandonner les arts martiaux mixtes, il a une belle offre et il veut juste se faire un peu de sous question de pouvoir respirer un peu, mentionne-t-il. Personnellement, j’ai encore espoir qu’il monte sur le ring le 29 juin. Mais bon, je pense que ça va se régler entre avocats... »