Le stade Napoléon-Fontaine pourrait-il accueillir du baseball professionnel ?

Dinelle rêve toujours au baseball pro pour Granby

Pendant qu’on croit de plus en plus au retour du baseball majeur à Montréal, Dominic Dinelle ne lâche pas le morceau, lui, en rêvant à du baseball professionnel à Granby.

Le projet de Dinelle, qui était d’amener une équipe de la Empire Professionnal Baseball League, un circuit indépendant, a cependant pris une autre direction. Ce qu’il veut, maintenant, c’est établir à Granby une ligue de développement, toujours de niveau professionnel, semblable à ce qu’on retrouve en banlieue de Detroit avec la United Shore Professionnal Baseball League, un autre circuit indépendant. Le projet est ambitieux, un peu complexe, mais certainement pas inintéressant.

« J’imagine une ligue à trois équipes, composées de joueurs de 25 ans avec moins de trois ans d’expérience chez les pros, explique Dinelle depuis les Laurentides, où il vit. Chaque formation jouerait une cinquantaine de matchs, tous disputés au stade Napoléon-Fontaine. Les joueurs seraient essentiellement Québécois et Canadiens. »

Dinelle a l’appui des Guerriers dans le dossier. Il y a quelques semaines, lui et Mario Brouillard, qui représentait le club de Granby, ont rencontré Patrice Faucher et Stéphane Giard, de la Ville. Messieurs Faucher et Giard ont apprécié la présentation faite par Dinelle et Brouillard, paraît-il, mais ont affirmé que la municipalité n’avait pas d’argent à mettre dans le projet.

« J’étais déçu, c’est clair. Par contre, on m’a ensuite dirigé vers Marie-Pier Painchaud, directrice générale de Granby Multi-Sports. J’attends de ses nouvelles. Le projet n’est pas mort, même s’il n’apparaît pas très fort. »

Car un tel projet demande des investissements. Dinelle peine à les chiffrer — ce qui ne l’aide pas —, mais il aimerait qu’on construise une terrasse au stade, qu’il se fasse un entretien véritablement quotidien du terrain et qu’on achète quelques conteneurs qui seraient transformés en concessions alimentaires. Il ne parle plus d’agrandir le vestiaire puisque ceux du centre sportif Léonard-Grondin, voisin du stade, pourraient être utilisés.

« On ne parle certainement pas de coûts exorbitants, reprend-il. Le baseball a le vent dans les voiles au Québec, ça augure très bien pour le retour des Expos et Granby se positionnerait comme une véritable plaque tournante au Québec pour notre sport. Granby est une ville de baseball et une des rares à posséder des installations comme celles du stade Napoléon-Fontaine au Québec. »

Si Dinelle a abandonné l’idée de la Empire Professionnal Baseball League, c’est parce que les dirigeants du circuit en question lui ont finalement tourné le dos.

« Il y avait de l’intérêt au départ, mais ils ont changé d’idée. Tout d’un coup, le Canada ne leur disait plus rien. »

Dominic Dinelle, rappelons-le, roule sa bosse dans le monde du baseball depuis longtemps. Il a joué et dirigé au niveau junior élite, il a fait partie du personnel d’entraîneurs des Aigles de Trois-Rivières de la Ligue Can-Am, il a été recruteur pour les Expos et les Marlins de Miami, etc.

« J’ai des affinités avec Granby et j’aime Granby. J’aimerais que ça fonctionne. Mais ça prend des gens pour y croire », termine-t-il.