Dimitri Waardenburg veut maintenant concentrer tous ses efforts sur la boxe.

Dimitri Waardenburg en a fini avec l’octogone

QUÉBEC — En janvier dernier, Dimitri Waardenburg avait annoncé qu’il s’accordait une longue pause des arts martiaux mixtes, qu’il avait besoin et envie de faire autre chose. Puis, en avril à Edmonton, il a livré son premier combat de boxe en six ans, combat qu’il a toutefois perdu.

Vendredi soir, dans les coulisses du Centre Vidéotron, son père et entraîneur, Dirk Waardenburg, a annoncé qu’on ne reverra pas son garçon de sitôt dans l’octogone. En fait, on ne devrait plus le revoir.

« C’est simple, Dimitri ne veut plus faire d’arts martiaux mixtes, a expliqué Waardenburg qui, pour la première fois, n’était pas dans le coin d’Adam Dyczka. Son corps a beaucoup donné à ce sport, il a subi plusieurs blessures et il a besoin d’un nouveau défi. À ce stade-ci, la boxe lui convient mieux. »

Waardenburg, 28 ans, a une fiche de 13 victoires et neuf défaites en arts martiaux mixtes. La défaite qu’il a subie face à Jesse Arnett pour le titre des poids coqs, en décembre dernier au Centre Bell, lui a fait très mal.

Il espère remettre les gants de boxe avant la fin de l’année.

Mais voilà, on a appris que Waardenburg pourrait être rejoint par son… père sur le ring. À 53 ans, pas une année de moins, Dirk Waardenburg a confirmé qu’il a une offre sur la table pour se battre.

« Je suis en réflexion », a mentionné Waardenburg, qui n’a toutefois pas voulu en dire plus.

Waardenburg a surtout fait dans les arts martiaux mixtes avant de devenir entraîneur.

Propriétaire du Speedy Gym, Waardenburg entend par ailleurs présenter un gala de boxe amateur au chalet des patineurs du parc Daniel-Johnson en novembre.

Pellerin au Casino
Après avoir disputé 24 combats en arts martiaux mixtes, Yan Pellerin livrera quant à lui son quatrième combat de boxe le 20 octobre au Casino de Montréal, toujours pour le compte de Groupe Yvon Michel. Pellerin (2-1), qui n’a pas renoncé à un retour dans l’octogone, a rendez-vous avec le Français Augustin Malécot (3-7-1).

Notons enfin que Charles Hauver, qui s’était battu le même soir que Dimitri Waardenburg à Edmonton, espère aussi retourner sur le ring avant la fin de 2018. Hauver (0-1-1) avait fait match nul en Alberta.