Les Inouk accumulent les victoires et sont maintenant à la poursuite d’importants records d’équipe.

Des records d’équipe à la portée des Inouk

Les Inouk, qui s’apprêtent à rentrer à la maison après avoir passé les trois dernières semaines sur la route, ont encore cinq matchs à disputer, les cinq à la maison, avant la clôture du calendrier régulier de la Ligue de hockey junior AAA. Et puisque les Granbyens ne peuvent plus avancer au classement, on pourrait croire que la fin de la saison n’est d’aucun intérêt.

Mais voilà, les Inouk, après avoir affronté Saint-Gabriel-de-Brandon (vendredi soir) et Princeville (samedi et dimanche après-midi), auront tout de même des rendez-vous avec Terrebonne (mercredi) et Longueuil (vendredi le 2 mars), les deux meilleures équipes de la LHJAAAQ, avant d’entamer les séries. Et puisque qu’il y a de fortes chances qu’ils croisent une de ces deux formations, ou même les deux, en éliminatoires, peut-être que des messages seront envoyés.

Mais il y a plus encore afin de donner un peu de piquant à la dernière semaine du calendrier régulier. Voyez-vous, de très belles marques d’équipe sont à la portée de l’édition 2017-2018 des Inouk, qu’il faut déjà considérée comme une des meilleures de l’histoire de la concession, du moins si on s’arrête à la saison régulière.

Après 44 matchs, les Inouk n’ont perdu que huit rencontres à la régulière et 12 au total. Jamais une équipe de Granby de la LHJAAAQ n’a perdu moins de 11 parties à la régulière et 13 au total dans l’histoire.

C’est en 2013-2014, saison où les joueurs de David Lapierre ont ensuite remporté la Coupe Napa, que l’équipe n’a perdu que 13 matchs, dont 11 à la régulière. Elle avait aussi amassé un sommet de 80 points, alors que les Inouk de 2017-2018 pourraient en amasser 78… en trois matchs de moins, vu le calendrier de 49 rencontres au lieu de 52.

Les Inouk de 2011-2012 n’avaient aussi perdu que 11 matchs à la régulière.

« Je ne suis pas du genre à m’attarder beaucoup aux statistiques et ce sont des choses que vous m’apprenez. C’est très intéressant », a expliqué Patrice Bosch qui, incidemment, est redevenu cette saison l’entraîneur avec le plus grand nombre de victoires dans l’histoire des Inouk, devant Lapierre.

On ne sait pas si Bosch va se servir de ces données pour motiver sa troupe dans le dernier droit. Mais il n’en demeure pas moins que les Inouk de 2017-2018 pourraient devenir l’équipe avec le moins de défaites, autant à la régulière qu’au total, et qu’elle pourrait devenir celle avec le meilleur pourcentage d’efficacité de l’histoire de la concession. Ce n’est pas rien.

« On ne changera rien »
Les Inouk disputeront cinq matchs en huit jours à compter de vendredi. Deux de ces rencontres (celle de dimanche contre Princeville et celle de mercredi contre Terrebonne) sont des reprises de parties qui avaient été remises tout juste après les Fêtes en raison du mauvais temps.

« C’est un calendrier chargé, mais on va continuer à travailler de la même façon, on ne changera rien, a repris Bosch. Est-ce que j’ai l’intention de reposer certains joueurs ? Non. On joue du très bon hockey et je veux, à l’approche des séries, qu’on continue de cette façon. »

Les Inouk ont une fiche de 11 victoires et une seule défaite depuis le début de 2018, eux qui ont remporté leurs cinq derniers matchs. Ça va tellement bien que certains craignent que l’équipe joue son meilleur hockey trop tôt.

« Et si on perdait, on dirait que nous ne sommes pas prêts pour les séries ! », a rigolé Bosch avant d’aller diriger la séance d’entraînement de mercredi.