Hélène Michaux faisait face à la Escarpment trail run pour la première fois.

Des coureurs d’ici s'illustrent à la Escarpment trail run

Deux des représentants québécois à la Escarpment trail run, qui se déroulait aux États-Unis dimanche, ont terminé en deuxième position dans leur catégorie de genre. Les coureurs en sentier Alister Gardner et Hélène Michaux ont connu une course rapide malgré le niveau technique des 30 km de sentier et la chaleur étouffante.

« C’est une course super technique. Il y a pas mal d’endroits où il fallait poser les mains au sol pour descendre », raconte la Rougemontoise Hélène Michaux.

Si elle n’a aucune difficulté avec de pareilles montées, elle a certaines craintes dans des descentes aussi abruptes.

« Je suis fière de moi. J’ai vaincu mes peurs. Ce qui était bien aussi, c’est que les trois premières filles, on est toutes arrivées à l’intérieur de cinq minutes. On a vraiment coursé. Je ne pouvais pas prendre ça relax, mais je me suis quand même respectée. »

Elle savait que la première femme n’était pas bien loin devant elle et a réussi à réduire l’écart. Les hommes des vagues de départ précédentes lui confirmaient le temps qui la séparait d’elle.

Alister Gardner a réussi à améliorer son temps par rapport à l’an dernier malgré la chaleur accablante.

À un moment, Hélène Michaux a jeté un œil derrière et a vu sa poursuivante. Il n’y avait pas de temps à perdre pour s’éloigner d’elle. La coureuse était d’autant plus fière d’avoir pu maintenir sa position, deux minutes derrière la première femme. Elle a terminé en 19e position, toutes catégories confondues, avec un temps de 3 h 31 min 6 s.

Alister Gardner a lui aussi remporté la deuxième position. « C’était très chaud, même tôt le matin. J’aime mieux quand c’est plus frais. Mais j’ai réussi à garder une bonne allure jusqu’à la fin. »

Une fois la ligne d’arrivée franchie, au bout de 2 h 49 min 4 s, il s’est tout de suite trouvé un coin d’ombre pour se reposer.

Malgré la chaleur, il a réussi à faire plus vite que l’an dernier, lors de sa première participation à cette course. Lee Berube, qui a gagné ce week-end, avait remporté le titre l’an dernier également. Sauf que cette fois-ci, « j’ai été trois minutes plus vite et lui deux minutes plus lentes. On avait juste deux minutes d’écart. J’ai amélioré ma course même avec la chaleur, » se réjouit-il.

Le Bromontois adore pour sa part les parcours techniques et, confortable, il en a profité pour être plus rapide et agressif dans sa façon d’aborder le sentier.

Seuls trois Québécois participaient à la course. Le troisième est Luc Hamel, de Sherbrooke.