Quatre joueuses des Inouk, dont la garde Alexandra Nogues (notre photo), disputeront leur dernier match au niveau collégial ce dimanche.

Dernier rendez-vous des Inouk du basket avec leurs partisans

Même si l’équipe de basketball féminin du Cégep de Granby est déjà assurée de participer aux régionaux, le match contre Trois-Rivières ne manquera pas d’intérêt pour autant à compter de 13 h ce dimanche. Les Inouk évolueront alors devant leurs partisans pour la dernière fois cette saison.

Une victoire permettrait aux Inouk féminines de conserver provisoirement le troisième rang de la section Centre du Québec en division 2 du RSEQ, devant les Diablos. La formation trifluvienne disposait certes de quatre matchs en main jeudi soir, mais elle se retrouverait ainsi sous pression.

L’entraîneur granbyen John Van Doorn estime que cet avantage pourrait être précieux lors du championnat de la conférence Nord-Est, tenu à Chicoutimi les 23 et 24 mars.

« En finissant troisièmes, on affronterait les deuxièmes de la région de Québec plutôt que les championnes. Ça peut faire une grande différence », a-t-il souligné.

Afin de vaincre les Diablos, les filles des Inouk devront rebondir après la dure défaite (77-38) encaissée à Sherbrooke vendredi dernier. « Plusieurs de nos joueuses traînent des petites blessures, donc on voulait surtout ne rien aggraver. Parce que le match qui s’en vient est beaucoup plus important », a précisé coach Van Doorn.

« On sait toujours ce qu’on va obtenir d’Alexandra Nogues et Laurie Dubé. Mais on a aussi besoin d’une solide performance d’Amélie Benoit, qui connaît une bonne deuxième moitié de saison. Maude Thériault reçoit aussi de gros mandats en défensive. »

Notons également que quatre finissantes disputeront leur dernière partie à Granby. En plus de Nogues, Laurie Laflamme, Karyann Lebel et Sarah Mercier termineront bientôt leurs études collégiales.

Très solide à la position de garde, Alexandra Nogues a mené l’attaque granbyenne ces dernières années. Puisqu’il l’a dirigée durant six saisons, John Van Doorn anticipe d’ailleurs des moments émotifs à l’approche de son départ.

Un exemple de détermination

Pour leur part, les Inouk masculins connaissent une saison particulièrement difficile. Ayant subi 14 défaites en autant de sorties (dont un récent revers de 87-58 contre Saint-Hyacinthe), ils auront besoin d’un petit miracle pour battre les Diablos dimanche. Ce match devrait débuter vers 15 h.

L’entraîneur-chef Frédéric Parent estime toutefois que la résilience de ses joueurs mérite d’être soulignée.

« Je considère que j’ai un groupe de gagnants. Pas en raison de notre fiche, mais pour leur détermination et leur persévérance. J’ai quelques joueurs qui n’étaient même pas capables de lancer un ballon ou de faire un lay-up au début de la saison. Maintenant, ils marquent huit ou neuf points par match », a-t-il fait valoir.

« J’aurais aimé qu’on gagne des matchs, parce que nos gars le méritaient vraiment. »

Alors que la saison régulière des filles prendra fin ce week-end, les gars des Inouk devront affronter les puissants Cougars du Collège Champlain-Lennoxville le vendredi 8 mars.

« On va se battre jusqu’à la fin », a assuré Parent, qui a déjà relancé le recrutement afin d’assurer la pérennité du programme.