Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Jean Patenaude a touché bien des gens au cours de sa vie.
Jean Patenaude a touché bien des gens au cours de sa vie.

Dernier hommage à Jean Patenaude: la famille va attendre

Michel Tassé
Michel Tassé
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
La famille de Jean Patenaude a pris sa décision: le dernier hommage à ce grand Granbyen aura lieu lorsqu’un nombre suffisant de personnes pourront lui faire leurs adieux.

«On a pris nos informations et honnêtement, on ne pouvait pas accueillir seulement 25 personnes au salon ou aux funérailles de mon père, a expliqué Guy, son fils. Le dernier hommage est donc reporté à… on ne sait trop quand.»

Guy Patenaude a souligné qu’avec 25 personnes seulement, on n’aurait même pas pu accueillir tous les membres de la famille élargie. Et encore moins, bien sûr, les amis et tous ceux et celles que son père a touché d’une manière ou d’une autre au cours de sa vie.

«Honnêtement, je ne sais pas quand on pourra faire quelque chose. En avril, en mai, en juin? Je ne sais pas. Mais je le répète, papa aimait trop le monde pour que son dernier hommage réunisse si peu de gens.»

Des témoignages et des témoignages

Guy Patenaude l’avoue : la famille est absolument soufflée par tous les témoignages qu’elle a reçus et qui continuent à affluer.


« Je savais que papa avait touché bien des gens, mais à ce point-là, ça me jette à terre. »
Guy Patenaude

«Je n’en reviens pas, je n’en reviens absolument pas, a-t-il dit. Je savais que papa avait touché bien des gens, mais à ce point-là, ça me jette à terre. Depuis que mon père est parti, j’ai passé le plus gros de mon temps à répondre à des appels, à lire des messages sur Facebook et via courriel et à répondre. J’ai entendu tellement de belles choses, j’ai entendu tellement de belles histoires.»

Le chef des sports de glace au Centre sportif Léonard-Grondin avoue qu’il vit quelque chose de «très spécial».

«J’ai de la peine, on a tous de la peine dans la famille, mais d’écouter et de lire tous ces témoignages, ça apaise la douleur.»

L’auteur de ces lignes a lui-même reçu plusieurs témoignages. L’un d’eux venait d’un homme aujourd’hui âgé d’une cinquantaine d’années qui, un jour, a vu Jean Patenaude lui dire les bonnes choses alors que, désespéré, il voulait s’enlever la vie. Il était adolescent et Jean était son entraîneur.

Plusieurs espèrent que Jean Patenaude sera à nouveau honoré par la Ville de Granby. Et certains suggèrent même que, le temps venu, il soit exposé en chapelle ardente au milieu de la patinoire qui porte son nom au Centre sportif Léonard-Grondin.

Clairement, les Granbyens ont mal.