Le départ de Denis Lamontagne, qui s’est dit fatigué et épuisé, est un dur coup pour les Guerriers.
Le départ de Denis Lamontagne, qui s’est dit fatigué et épuisé, est un dur coup pour les Guerriers.

Départ de Lamontagne: les joueurs encaissent le choc

Michel Tassé
Michel Tassé
La Voix de l'Est
On ne sait pas encore qui dirigera les Guerriers (3-4) mardi alors que les Cards de LaSalle (4-4) se pointeront au Stade Napoléon-Fontaine. Lundi soir, le directeur général Mathieux Rochefort attendait encore des réponses de candidats avec lesquels il a discutés.

«Trouver un bon homme de baseball à cette période-ci de l’été, ce n’est pas évident, a avoué le directeur général. L’objectif est d’avoir un nouveau gérant dans l’abri à temps pour notre match face aux Cards. Mais si jamais on n’a pas obtenu les réponses qu’on souhaite, Yannick (Parent) va prendre l’équipe en main sur une base intérimaire.»

Rochefort en a plein les bras. Il doit se remettre du départ d’un excellent gérant, qui est aussi un ami, et il doit rapidement trouver un nouvel homme en cette saison où les Guerriers visent les grands honneurs. Non, il ne peut se permettre de mettre n’importe qui dans l’abri.

«Je travaille fort, je veux le mieux pour l’équipe», a dit Rochefort.

Le départ de Denis Lamontagne, qui s’est dit fatigué et épuisé, est un dur coup pour les Guerriers. Les qualités de meneur de l’homme sont indéniables, sa connaissance de la game également, et il était hautement apprécié de ses joueurs, dont plusieurs le considéraient comme un deuxième père.

Langlois : «Il a fait énormément»

Le vétéran receveur Xavier Langlois a avoué qu’il avait été très étonné par la décision prise par Lamontagne.

«Quand on nous a appris ça, j’ai vraiment fait le saut, a-t-il mentionné. Personnellement, je ne l’ai pas vu venir du tout. On perd tout un homme, tout un monsieur. Il a fait énormément pour les Guerriers, il a contribué à faire de l’équipe un club respecté à travers la ligue. Je suis triste, je suis encore sous le choc, mais il faut regarder en avant.»

Langlois connaît Lamontagne depuis longtemps.

«Il a été mon directeur général quand je jouais à Longueuil et puisque j’ai souvent joué avec son fils Déric au niveau mineur, on se côtoie depuis des années. Ça fait drôle de penser que je ne le verrai plus à tous les jours, ou presque.»

L’athlète de 22 ans affirme que les joueurs des Guerriers comprennent toutefois le geste posé par leur gérant.

«Il a besoin de prendre soin de lui et de sa famille et on ne peut pas être en désaccord avec ça. Je souhaite qu’il se repose et qu’il soit heureux avec les siens.»

Quant au lanceur Jeffrey Dupont, il abondait dans le même sens que Langlois.

«Même si Denis avait semblé hésiter avant de confirmer son retour à la fin de la dernière saison, on a tous été surpris, a-t-il indiqué. C’est un dur coup pour l’équipe, mais s’il a pris cette décision, c’est parce qu’il était vraiment au bout du rouleau. Il faut comprendre ces affaires-là.»

Dupont, 20 ans, doit beaucoup à Lamontagne, dit-il.

«J’étais blessé lorsque les Guerriers m’ont repêché l’an dernier, mais Denis a cru en moi. La confiance qu’il avait en moi m’a permis d’avancer et de progresser. Et le nombre de bons conseils qu’il m’a donnés, c’est pas croyable. Il va me manquer, c’est sûr.»