« Nous sommes capables de battre n’importe qui », lance Patrice Demuy.

Demuy veut donner raison à Bosch

Après avoir subi leur défaite la plus décisive de la saison, mercredi soir à Saint- Jérôme, les Inouk vont s’attaquer à très gros en fin de semaine alors qu’ils ont deux rendez-vous avec les Cobras de Terrebonne, qui comptent neuf victoires en autant de matchs. Mais voilà, le vétéran Patrice Demuy n’est pas intimidé.

« On a une bonne équipe, a expliqué l’attaquant au lendemain du revers de 7-4 face aux Panthères. On a joué un match ordinaire à Saint-Jérôme, nous n’étions pas contents dans l’autobus de retour vers Granby, mais nous allons revenir en force. Nous sommes capables de battre n’importe qui. »

Les Inouk connaissent un bon départ (5-3-1), mais ils sont tout même nombreux à penser que l’équipe n’a pas ce qu’il faut pour batailler avec les meilleures équipes de la Ligue de hockey junior AAA du Québec. Et Demuy n’aime pas lire ou entendre ce genre d’analyse.

« On a six bons joueurs de 20 ans et on a des jeunes très talentueux. Le mélange est bon. Certains doutaient de notre offensive, mais on marque des buts. Défensivement, on n’a rien à envier à personne. Et nos gardiens font tout un travail. »

Demuy connaît lui-même un excellent début de saison. Après neuf matchs, il montre 16 points, dont 10 buts, ce qui le place en tête des marqueurs de l’équipe avec Maxime Borduas.

« C’est la première saison, dans les rangs juniors du moins, qu’on me demande clairement de produire. Avec Maxime et Joachim [Vachon], mes coéquipiers de trio, ça va très bien. Nous sommes trois joueurs de 20 ans et on comprend qu’il faut mettre des points au tableau. »

Le Granbyen est un patineur rapide. Et il se sert très bien de sa vitesse depuis le début de la saison.

« J’essaie d’utiliser mes atouts. Et j’essaie d’en donner à mon entraîneur parce que lui, il m’en donne beaucoup. Je joue en avantage numérique, en désavantage numérique, je suis tout le temps sur la glace. »

Patrice Bosch a été l’entraîneur de Demuy avec les Saguenéens de Chicoutimi, dans la LHJMQ. Les deux entretiennent une bonne relation.

« Patrice est un bon coach, il sait toujours où il s’en va. Il vient de la LHJMQ et les gars ont confiance en lui. »

Granby avant la France

Patrice Demuy, qui a disputé 85 matchs pendant son séjour dans la LHJMQ à Chicoutimi et à Sherbrooke, aurait pu jouer en France cette saison. Mais il a choisi les Inouk.

« Je viens de commencer mes études en administration à Sherbrooke et je ne voulais pas mettre mes études universitaires sur la glace le temps de vivre une expérience d’un an ou deux en Europe. De toute façon, j’ai la chance de jouer à la maison et c’est quelque chose que j’apprécie. Je suis heureux ici. »

Demuy n’est pas rendu à faire des plans en vue de la saison prochaine, mais il avoue qu’il se verrait bien au hockey universitaire.

« C’est certain que si l’opportunité se présente, je vais sauter dessus. Mais on n’est pas encore rendu là. Il me reste encore plusieurs beaux mois de hockey à passer avec les Inouk. Et je veux les vivre pleinement. »