Stéphane Mondou

Défi midget espoir de Drummondville: Noël avant le temps

CHRONIQUE / Comme promis, je vous présente ce matin certains échos tirés de mes rencontres faites lors du dernier Défi midget espoir qui avait lieu il y a une dizaine de jours sur les deux surfaces de l’Olympia Yvan-Cournoyer de Drummondville. Après avoir passé deux jours à scruter les différents porte-couleurs des 15 et 16 ans regroupés au sein des 21 formations provenant de partout au Québec, dont faisaient partie les Harfangs du Triolet, j’ai été agréablement surpris par tous ces jeunes qui ne demandent rien d’autre que d’obtenir une chance d’accéder aux niveaux supérieurs.

Bien entendu, ce type de showcase représente également l’une des grandes messes intérieures où se réunissent tant les dirigeants d’équipes de la Ligue de hockey junior majeure du Québec que celles de la Ligue de hockey junior AAA. Ainsi, ils peuvent y observer sous un même toit grand nombre de prospects sur une courte période.

Pour eux comme pour moi, qui y représentais nos Inouk, c’était en quelque sorte Noël avant le temps. J’en ai donc profité pour renouer avec différents recruteurs, recruteurs-chefs ou directeurs généraux du circuit Courteau. Même chose avec ceux de la Ligue junior AAA, car toutes ses équipes sans exception y avaient délégué ses hommes de hockey.

C’est ainsi que de la LHJAAAQ, dirigée par le commissaire Jacques Laporte, j’y ai croisé outre mon vieux chum Stéphane Mondou — DG associé des Cobras de Terrebonne, avec lequel j’ai fait mes premiers pas dans le hockey il y a près de 30 ans dans la LHJMQ — Éric Martin, recruteur-chef des Braves de Valleyfield, Lawrence Benjamin et Didier Bochatay, respectivement adjoint au DG et recruteur-chef des Panthères de Saint-Jérôme, Éric Belzile, recruteur-chef du Collège Français de Longueuil, Daniel Langlois, recruteur-chef de l’Everest de la Côte-du-Sud, Marc-Olivier Heredia, recruteur-chef des Rangers de Montréal-Est, et Marc Bonin, recruteur-chef des Forts de Chambly, pour ne nommer que ceux-là !

De plus, afin de joindre l’utile à l’agréable, j’avais pris la précaution de glisser mon calepin de La Voix de l’Est dans la poche arrière de mon pantalon, histoire d’y faire la récolte de quelques potins. Voici donc quelques échos de ces deux journées très spéciales.

D’abord, j’étais bien assis aux côtés de mon père spirituel André « Moose » Dupont, consultant pour le Groupe Paraphe de Trois-Rivières, une agence de joueurs de hockey fondée il y a plus de 25 ans par le notaire Paul Corbeil et son associé Luc Bouthillier. Il était venu m’y rejoindre avec mon vieux complice Luc Boucher, recruteur des Islanders de Charlottetown. Je révisais les feuilles des différents alignements entre deux périodes et c’est là que j’ai réalisé que le temps passait vraiment trop vite. Pourquoi ? Parce que bon nombre de jeunes joueurs que j’ai côtoyés il y a 15, voire 20 ans, que ce soit dans le midget AAA, la LHJMQ ou dans le hockey professionnel, sont maintenant devenus des adultes. Une fois leur carrière terminée, ils ont décidé, par passion, de redonner à la game ce que la game leur avait donné en s’impliquant activement notamment au sein du circuit midget Espoir.

C’est entre autres le cas de l’ex-attaquant des Coyotes de Phoenix, des Blues de St-Louis et des Canucks de Vancouver Joël Perrault, maintenant aux commandes des Dynamiques du Collège Charles-Lemoyne.

Parlant des Dynamiques, ces derniers alignent le jeune Mathis O’Driscoll, le fils aîné d’Alain O’Driscoll, un de nos anciens porte-couleurs avec le défunt Rocket de Montréal. En plus d’avoir été un excellent patineur, ce dernier avait réussi l’exploit d’obtenir près de 90 points (exactement 89) lors de la première saison de notre équipe d’expansion. Et quand on le regarde patiner, le jeune Mathis semble posséder la même technique que son père !

Toujours au sujet des Dynamiques, en plus de leur premier centre O’Driscoll, ils peuvent compter sur les services d’un porte-couleur dont le père est bien connu des amateurs de hockey du Québec. Olivier Denis, fils de Marc, populaire analyste des matchs du Canadien sur les ondes de RDS, évolue lui aussi à l’avant pour cette formation. Quand je vois Marc, je ne peux m’empêcher de penser à l’adolescent de 16 ans qu’il était en 1993 au sein du Norois bantam de Montréal. Il avait suffisamment épaté l’entraîneur-chef Alain Groleau pour arracher le poste de gardien numéro 1 avec les Estacades de Trois-Rivières midget AAA. Possédant une personnalité du tonnerre en plus d’afficher une attitude exemplaire, il avait fait sa marque chez nous en un an seulement.

Que de souvenirs !

Bonne fête à mon ami Raymond Guillemette
soufflera sur 80 bougies mardi.

ON EN JASE AUTOUR D’UN BON CIGARE

J’aimerais souhaiter un très joyeux anniversaire de naissance à une personne pour laquelle j’éprouve énormément de respect, soit mon collègue et ami Raymond Guillemette, surveillant à l’école secondaire du Verbe Divin, qui ce mardi deviendra membre du club des octogénaires. Le connaissant, il vous dira sans doute qu’il s’agira d’une journée comme une autre. Mais si cela s’avérait être le cas, je lui en souhaite une très belle, car étant souvent la première personne à me saluer chaque matin à mon arrivée au travail, il est de ceux dont j’apprécie vraiment la compagnie.

Vous avez un potin, une nouvelle ou une anecdote digne de mention ? Vous organisez un tournoi de golf, un souper-bénéfice ou toute autre activité sociale et sportive ? Vous aimeriez que Le Kid s’y déplace dans le but d’en faire l’objet de sa prochaine chronique ? Vous n’avez qu’à me transmettre un courriel et je me ferai un plaisir de vous répondre dans les plus brefs délais.