L’entraîneur-chef des Inouk Patrick Bergeron n’a pas du tout apprécié la performance de ses joueurs dimanche après-midi.

Défaite des Inouk face aux Shamrocks: «On n'a pas respecté l'adversaire»

Les Inouk ont poursuivi leur début de saison en dents de scie dimanche après-midi, alors qu’ils ont permis aux Shamrocks du West Island de signer une toute première victoire de 4-3 sous ce nouveau nom. Le défenseur Charles Robidas a joué les héros en marquant en prolongation devant ses partisans.

« On a manqué de maturité. Tu peux toujours tomber dans le piège de la facilité quand tu affrontes une équipe qui est 0-4. Et c’est ce qui nous est arrivé aujourd’hui », a déploré l’entraîneur-chef des Inouk, Patrick Bergeron.

« Il y a un groupe de leaders dans notre chambre et j’aurais aimé qu’il montre le chemin. Mais on dirait que ce soir, ça ne leur tentait pas... »

Grâce aux buts de Samuel Michaud (deux fois) et Marco Cavalleri, les Inouk menaient pourtant 3-0 après deux périodes complètes.

« On a pris les devants parce qu’on a plus de talent qu’eux. Mais dans cette ligue-là, le talent ne suffit pas. Ça prend du travail », a analysé Bergeron.

Individualisme

Les Shamrocks ont renversé la vapeur lors du dernier vingt, alors que Alexis Gaboury-Potvin, Bailey Bilney-Morrissette puis Karl-Étienne St-Fleur ont successivement déjoué Nicolas Gendron.

« Il y a eu des gestes individuels, des punitions mal placées et des jeux douteux. On est sortis de notre plan de match, on n’a pas respecté l’adversaire », a résumé Bergeron.

À son premier départ en saison au niveau junior AAA, Gendron a bloqué 42 lancers. Du côté des Shamrocks, Cédric Larivière a réalisé 37 arrêts.

Pour la deuxième fois en trois jours, les Inouk ont donc été dominés au chapitre des lancers par une équipe pourtant inférieure sur papier. À domicile vendredi, ils avaient cependant été en mesure de défaire les Flames de Gatineau 11-4.

Rappelons que la concession du Révolution de Saint-Lazare a été vendue durant l’entre-saison, puis renommée en tant que Shamrocks du West Island.

En pause pour quatre jours, les Inouk (fiche de 3-2-1) tenteront de parfaire leur jeu avant de recevoir la visite des Panthères de Saint-Jérôme vendredi prochain.

« Je vais devoir passer des messages. Il n’y a personne d’intouchable dans le vestiaire. Ceux qui ne veulent pas embarquer dans le bateau, ils regarderont la parade. Il faut commencer à progresser », a laissé tomber coach Bergeron.