Les Maroons de l’entraîneur-chef Miguel Fortin (au centre) ont subi une raclée de 8-1 à domicile, samedi soir.

Déconfiture des Maroons à domicile

Au lendemain d’une victoire arrachée à Donnacona, les Maroons de Waterloo se sont complètement écrasés devant leurs partisans samedi soir. Le Big Foot de Saint-Léonard-d’Aston a triomphé 8-1 dans un match ponctué d’une spectaculaire bagarre générale.

Alors que le pointage était de 5-1 en fin de deuxième période, David Godbout a été le premier à quitter le banc local, avant d’engager le combat contre Keven Pellerin. 

« D’après ce que j’ai vu, il y avait une mêlée impliquant Labrosse et un de leurs joueurs a embarqué comme troisième homme dans ce chamaillage-là. Quand Dave a vu ça, et comme on ne connaissait pas un bon match, il est allé à la défense de son coéquipier. On a beau se faire battre, on ne se fera pas humilier physiquement en plus. Après, nos joueurs sont embarqués et les leurs ont suivi », raconte l’entraîneur-chef des Maroons, Miguel Fortin.

Les gardiens Paul Bourbeau Jr. et Michaël Mercier (qui œuvrait comme auxiliaire) ont également jeté les gants dans les instants qui ont suivi. Les deux cerbères ont d’ailleurs été expulsés de la rencontre. « Paul a donné tout un spectacle. Je pense que les gens ont apprécié. Je m’inquiétais seulement pour les blessures. Parce que disons que ce n’était pas un combat défensif... », précise Fortin.

Au plan hockey, les locaux n’ont tout simplement jamais été dans le coup. « On a encore une fois connu un mauvais départ. Souvent, Paul réussissait à nous tenir un peu dans le match et tranquillement on reprenait le rythme. Là, ça n’a pas fonctionné et le pointage est rapidement monté à 3-0 », regrette Miguel Fortin. 

« On a essayé de revenir en fin de première période, sans succès. Et après, les quatrième et cinquième buts on fait très mal. »

Visiblement, la bagarre générale n’a pas permis de renverser la vapeur. 

Joey Beaudoin (trois buts), Alexandre Comtois (un but) et Raphaël Gervais ont amassé quatre points chacun pour le Big Foot. Labrosse a marqué l’unique filet des locaux.

« C’était vraiment un match à oublier », résume l’entraîneur Fortin.

« La bonne nouvelle, c’est qu’on rejoue contre eux samedi prochain à Plessisville. On va avoir la mémoire fraîche de ce match-là. C’est sûr qu’on va vouloir sortir plus fort qu’on l’a fait samedi. »

Levasseur s’illustre à Donnacona

Vendredi soir, les Maroons avaient laissé beaucoup d’énergie à Donnacona. 

L’attaquant Marc-André Levasseur­ s’est levé à compter du second vingt, inscrivant quatre buts consécutifs pour mener les visiteurs à un gain de 6-5. « Ça a été la meilleure partie de Marc-André [cette saison]. Même avant de compter, il était dominant sur la patinoire », indique Fortin.

« Depuis le début de l’année, il n’arrivait pas à finaliser ses jeux. Il tenait son bâton plus serré. Mais je pense que ce match-là va vraiment l’aider au niveau de la confiance. »

Philippe Bolduc et Alexandre Coulombe ont également trouvé le fond du filet pour Waterloo. 

Pour sa part, Maxime Guyon a amassé trois passes, lui qui joindra toutefois les Nationals de Cornwall, de la Federal Hockey League. Les Maroons conserveront toutefois ses droits dans le but de l’utiliser comme remplaçant de luxe. 

Notons que pas moins de sept combats ont éclaté lors du duel Maroons-Mécanarc. Blessés, les durs à cuire Marc-André Roy et Sébastien Roy ont d’ailleurs dû quitter la rencontre dans le camp waterlois. « Donnacona, c’est l’équipe la plus robuste de la ligue. Les gars ont fait face à la musique », se réjouit Miguel Fortin.