« On a une belle fiche, mais il y a tout de même des joueurs qui pourraient en donner davantage. Pas nécessairement en matière de buts et de passes, mais en matière de travail et d'éthique de travail », explique le directeur général des Inouk, Patrice Bosch.

Début des transactions dans la LHJAAAQ: «Nous sommes bien placés »

La période de transactions vient de s'ouvrir dans la Ligue de hockey junior AAA et les partisans des Inouk se demandent comment va se comporter le directeur général Patrice Bosch.
« Notre objectif est clair : on veut être l'une des deux équipes qui vont représenter la LHJAAAQ au tournoi de la Coupe Fred-Page au printemps à Terrebonne, a lancé Bosch. Nous sommes présentement troisièmes au classement général (à égalité avec Saint-Léonard avant le match que disputait l'Arctic à Longueuil mercredi), nous n'avons pas de besoins véritablement critiques, mais on veut faire un pas en avant, on veut s'améliorer. »
«Et si on a la chance de mettre la main sur des joueurs qui vont nous permettre d'être meilleurs, on va y mettre le prix. »
Bosch répète que ses hommes de hockey et lui ont identifié des positions où les Inouk doivent s'améliorer. Mais il ne veut toujours pas élaborer davantage sur ce point précis.
 « On a gagné 21 de nos 30 premiers matchs, ce qui est bon. On a une belle fiche, mais il y a tout de même des joueurs qui pourraient en donner davantage. Pas nécessairement en matière de buts et de passes, mais en matière de travail et d'éthique de travail. »
Les Inouk, on le sait, seront acheteurs. Longueuil, Terrebonne, Saint-Léonard et Valleyfield feront partie du même groupe. D'après Bosch, Princeville est la seule équipe véritablement identifiée comme vendeuse.
« Il y a encore plusieurs équipes qui ne savent pas où elles logent exactement. Je pense à un club comme Gatineau, qui joue du bien meilleur hockey depuis la venue d'un nouvel entraîneur, mais qui demeure tout de même loin au classement. »
Dans la même veine, Bosch s'attend à ce que le marché soit « relativement fermé » pour reprendre ses propres mots.
« Il va y avoir des transactions, ça va bouger, mais je pense que ce ne sera pas une année record. Je continue à dire que c'est un marché imprévisible. »
Personne ne veut partir
Les Inouk gagnent et le groupe de joueurs qui se retrouvent dans le vestiaire semble plutôt bien s'entendre. D'ailleurs, Patrice Bosch affirme qu'aucun joueur n'a demandé à être échangé.
« Personne n'est venu me voir pour me demander de changer d'adresse, a repris le DG. Je pense que les gars sont heureux de jouer chez nous. »
Mais certains vont partir. Il ne peut en être autrement.
« Chose certaine, je n'ai pas l'intention d'attendre inutilement avant de bouger. Ne pensez pas que je vais garder le meilleur pour la fin, ce n'est pas mon genre. Quand on sait ce que l'on veut, on prend les moyens pour l'avoir... rapidement. »
Bosch estime que les Inouk sont dans une belle position.
« Nous sommes bien placés. On veut s'améliorer, mais nous n'avons pas le fusil sur la tempe non plus. Nous allons être des acheteurs... intelligents. »