Patrice Bosch aime ce qu’il voit sur la patinoire depuis le début du camp d’entraînement des Inouk.

De la compétition au camp des Inouk

Même s’il affirme ne pas savoir jusqu’à quel point son équipe sera compétitive cette saison, Patrice Bosch est satisfait de l’allure du camp d’entraînement des Inouk.

«Les jeunes se donnent et j’aime ce que je vois, a expliqué l’entraîneur et directeur général. Y’a des postes de disponibles, y’a de la compétition, c’est intéressant.»

Il reste près d’une trentaine de joueurs au camp et Bosch entend en garder 22 ou 23 pour le début de saison, prévu le 7 septembre alors que les Inouk recevront le Révolution du Lac-Saint-Louis, anciennement de Saint-Lazare. Évidemment, les Granbyens comptent encore des patineurs, comme Jacob Graveline à Sherbrooke et Thomas Caron à Québec, dans des camps de la LHJMQ.

Les Inouk disputeront cinq matchs préparatoires, dont trois au centre sportif Léonard-Grondin, à commencer par celui de vendredi qui les opposera aux Forts de Chambly. Les Granbyens seront à Princeville le lendemain avant de recevoir les Prédateurs de Saint-Gabriel-de-Brandon dimanche.

Bosch laissera à ses adjoints le soin de diriger l’équipe vendredi et samedi et peut-être même dimanche. Patrick Bergeron et Santino Pellegrino sont de retour dans leurs fonctions cette saison alors que Maxime Cyr, qui sera aussi à la barre des Titans M-18 du Verbe Divin, remplace Jean-François Leblond, parti diriger le programme de hockey féminin du Collège Dawson. Pour sa part, Frédérick Roy s’occupera à nouveau des gardiens.

Bosch n’était pas à la séance d’entraînement de mardi après-midi. Le vétéran homme de hockey a été victime la veille d’un accident de la route à Saint-Jean, alors qu’il était accompagné de sa conjointe. Plus de peu que de mal, heureusement.

«J’ai mal au dos, mais ma blonde a été blessée un peu plus sérieusement, même si ce n’est pas trop grave. Mais honnêtement, on l’a échappé belle.»

Des arrivées, des départs
Les Inouk en ont étonné plus d’un, la saison dernière, en atteignant les demi-finales de la Ligue de hockey junior AAA. Mais voilà, ils ont perdu plusieurs bons joueurs (à 20 ans, les Baillargeon, Chicoine, Dupont à la ligne bleue ainsi que les Borduas, Demuy et Vachon à l’attaque étaient tous dominants) et l’inquiétude est palpable chez les partisans à l’aube de la nouvelle campagne.

«À l’heure où on se parle, je ne suis vraiment pas capable de vous dire si nous allons gagner souvent ou non, a repris Patrice Bosch. Il faut voir la progression de certains, les joueurs qui nous seront retournés du junior majeur, etc. Mais vous le savez, les Inouk ont rarement eu de mauvaises équipes dans leur histoire…»

Bosch, qui n’a jamais eu peur de transiger, vient de mettre la main sur les droits de l’attaquant de 19 ans Nicolas Roy et sur ceux du défenseur de 17 ans Nathan Martel, qui tentent de faire leur place dans la LHJMQ présentement. En retour, il a envoyé à Chambly l’attaquant Anthony Wojcik et le défenseur bromontois Loïc Bergeron.

«Je voulais vraiment Roy, un joueur qui risque de nous aider considérablement lorsqu’il aboutira chez nous», a-t-il raconté.

Bosch, qui a échangé Noah Corson au cours de l’été et qui a été informé tout juste avant le début du camp de la retraite de Raphaël Bouchard, misent enfin beaucoup sur l’attaquant de 20 ans Louis-Philippe Denis, qui arrive de l’Océanic de Rimouski, et sur les défenseurs Simon Lavoie, aussi âgé de 20 ans, et Charlie Risk, qui jouaient à l’extérieur du Québec.

«On n’a pas fini de brasser la soupe», a terminé Bosch en souriant.