Mike Perrotte, directeur de DIRTcar pour le territoire du nord-est.

De 10 à 15 chevaux-vapeur en faveur des Dodge

C'est une différence de 10 à 15 chevaux-vapeur qui a favorisé les moteurs Dodge de Kayle Robidoux et de Steve Bernier lors des tests effectués sur dynamomètre le week-end dernier. C'est ce qu'a révélé Mike Perrotte, directeur de DIRTcar pour le territoire du nord-est.
Pour un deuxième vendredi de suite, Perrotte a assisté au programme présenté à l'Autodrome. C'est lui qui décidera du sort de Robidoux et de Bernier. Mais à la lueur de la discussion que l'auteur de ces lignes a eue avec lui, il serait très étonnant que les deux pilotes soient pénalisés davantage.
«La différence de puissance entre les moteurs Dodge et Chevrolet que nous avons testés n'est pas énorme, a expliqué l'Américain de Plattsburgh. Au Albany-Saratoga Speedway, Marc Johnson, avec son petit bloc, vient de battre trois fois de suite les pilotes qui roulent avec des moteurs à gros bloc. Et on parle ici d'une différence de 200 chevaux-vapeur!»
Perrotte a vanté Robidoux et Bernier.
«Ce sont deux excellents pilotes et deux pilotes qui travaillent extrêmement fort sur leur voiture. On a beau faire des tests sur dynamomètre, la vraie vie, c'est ce qui se passe en piste. Ces deux gars-là ont du talent. C'est trop simple de dire que le moteur fait toute la différence.»
Selon Perrotte, qui a déjà couru en modifié à l'Autodrome, le coût d'un moteur Dodge est de 1500 $ à 4000 $ supérieur à celui d'un Chevrolet.
«Les courses, ça coûte cher. Et on ne veut certainement pas que ça coûte plus cher encore à nos pilotes.»
Le dossier est délicat et Perrotte affirme qu'il va prendre son temps avant de rendre sa décision.
«Il y a beaucoup de choses à considérer. Il y a plein de gens d'impliqués et il y a beaucoup d'émotion dans l'air. Ce que je veux, c'est rendre une décision juste pour tout le monde.»