David Lapierre avait envie d'en faire plus.
David Lapierre avait envie d'en faire plus.

David Lapierre, nouveau copropriétaire des Bisons

David Lapierre va prendre encore un peu plus de place au sein des Bisons.

Grand patron de l’équipe, Christian Roy vient d’annoncer que Lapierre se joint à lui à titre de copropriétaire. Roy, bien sûr, demeurera majoritaire.

Au début de l’aventure des Bisons à Granby, Roy possédait l’équipe en compagnie de David Godbout et de Jackie Racine. Godbout s’est retiré en début de saison dernière alors que la très efficace Racine, tout en en restant dans l’administration de l’équipe, cède sa place à Lapierre en tant que copropriétaire.

En plus d’être l’entraîneur des Bisons, Lapierre est directeur des opérations hockey.

«La venue de David comme copropriétaire est une bonne nouvelle pour le hockey à Granby, a expliqué Roy. Tout le monde connaît David, il a plein de contacts, il peut nous amener dans des zones moins connues pour moi. Son addition comme copropriétaire est un gros pas en avant pour notre organisation.»

Car les Bisons ont des projets. Ce qu’ils veulent, c’est augmenter pour la peine leur implication dans le hockey de la région. Ils veulent être plus près du hockey mineur, s’associer à des événements, même en organiser.

«On veut aider, on veut s’impliquer, on veut être une force supplémentaire dans la région quand il est question de hockey», reprend Roy, qui voit ses Bisons comme étant beaucoup plus qu’une simple équipe.

Une question de valeurs

Même s’il a mis du temps à se remettre de l’élimination rapide des Bisons, David Lapierre a aimé son expérience avec l’équipe de la Ligue de hockey senior AAA la saison dernière. Mais à la fin de celle-ci, il s’est posé une question.

«On joue dans une ligue où le niveau de compétition est très élevé, une ligue où le hockey est un spectacle, a-t-il dit. Je suis très heureux de refaire du hockey chez nous, à Granby, mais je me suis demandé comment est-ce que je pourrais en faire plus pour la communauté. Quand Christian m’a offert de devenir son partenaire, j’ai vu une belle occasion d’amener mes idées, d’imposer mes valeurs et d’en faire plus.»

À l’époque où il dirigeait les Inouk, Lapierre travaillait aussi pour le hockey mineur local. Régulièrement, on le voyait sur la patinoire du Centre sportif Léonard-Grondin à 7h du matin le samedi, au lendemain d’un match de l’équipe junior, à travailler avec les jeunes.

«On a des idées, on a des projets et on veut les réaliser. Les Bisons sont devenus rapidement quelque chose d’important à Granby et il faut profiter de cette heureuse situation pour aider, pour en faire plus.»

Même s’il en prendra encore plus large avec les Bisons, Lapierre va continuer à travailler au sein du programme de hockey de l’école secondaire De Mortagne, à Boucherville, qui demeure son principal gagne-pain.