Jérôme Mésonéro

Dans mon calepin...

CHRONIQUE / Depuis que j’ai «officiellement» effectué mon retour dans le hockey, j’ai eu l’occasion de faire la rencontre de vieux frères d’armes avec lesquels j’ai, dans mon autre vie, passé beaucoup de temps sur la route. Ils sont aujourd’hui devenus dirigeants, recruteurs ou anciens joueurs. À les côtoyer de nouveau de façon régulière, je me rends compte que la game, elle, a peut-être changé, mais que les gens qui gravitent autour, eux, sont sensiblement les mêmes : toujours sympathiques. Avec eux, j’ai eu tant de plaisir, jadis, à faire du hockey dans les différents amphithéâtres du pays.

Voici donc quelques échos tirés de mes plus récents périples.

D’abord, coup de chapeau au confrère Michel Tassé qui a rédigé, la semaine dernière, un excellent article concernant le hockeyeur Félix Lauzon de Roxton Pond. Le jeune s’aligne maintenant avec les Grizzlies de l’Utah dans la Ligue de la Côte Est (East Coast Hockey League). Un petit détail a peut-être échappé à mon éminent confrère.

Sachez que si Félix se retrouve aujourd’hui avec cette formation affiliée aux Eagles du Colorado de la Ligue américaine, le club-école de l’Avalanche dans la LNH, ce n’est pas le fruit du hasard. Le dépisteur de l’Avalanche dans l’est de l’Amérique, mon vieux chum Jérôme « Big Show » Mésonéro, est celui qui avait repêché Félix en 2e ronde (23e au total) lors de la séance de sélection de 2014 de la LHJMQ (Ligue de hockey junior majeur du Québec).

Big Show occupait alors le poste de directeur-gérant des Tigres de Victoriaville. Une équipe qui avait alors jeté son dévolu sur le jeune Lauzon. Il y a parfois de ces coïncidences dans le hockey...

Parlant de Big Show Mésonéro et de la LHJMQ, ce fut un plaisir de lui serrer la pince lors du match opposant les Remparts de Québec aux Cataractes de Shawinigan, disputé le lundi de l’Action de grâce dans la ville de l’électricité. D’ailleurs, lors de cette sortie entre hommes (j’y ai amené mon père et mon fils), j’ai pu constater à quel point l’organisation des Cataractes, avec en tête le président Roger Lavergne et le directeur-gérant Martin Mondou, avait bien travaillé afin de faire changer la situation du hockey à Shawinigan.

Moi qui a passé une bonne partie de ma jeunesse dans le vétuste aréna Jacques-Plante à applaudir les exploits des joueurs évoluant, notamment, sous les ordres de Feu Ron Lapointe et de Jacques Grégoire avant que l’équipe ne connaisse des difficultés au milieu des années 90 (bien des soirs, moins de 1000 personnes franchissaient les tourniquets), voilà qu’aujourd’hui, on en retrouve plus de 3000 en moyenne au Centre Gervais Auto. Ce nom a été donné à l’amphithéâtre construit en 2008, alors qu’avant il se nommait le Centre Bionest. En passant, salutations à mes anciens voisins Jean-Claude Gervais et son fils Daniel St-Georges, de Champlain. Le contraste est vraiment étonnant : de l’ambiance, des écrans géants, des tableaux à la fine pointe de la technologie et des concours de toutes sortes. Pas pour rien que nous étions plus de 3500 en ce lundi après-midi ! Tout un succès.

J’ai, de plus, profité de ce match pour revoir de vieilles connaissances telles que Patrick Charbonneau (un ex-choix des Sénateurs d’Ottawa, devenu dépisteur des Maple Leafs après avoir été le premier directeur général du Phoenix de Sherbrooke), Yannick Lemay (Jets de Winnipeg), l’ex-ailier de la LNH Michel Picard (Blues de St-Louis), et le recruteur-chef des Cataractes, Mario Carrière, pour ne nommer que ceux-là !

Robert «Bob» Legault

ON EN JASE AUTOUR D'UN BON CIGARE

Un autre de mes confrères, le vétéran Robert « Bob » Legault m’a annoncé que les Russes allaient être de retour au Tournoi international de hockey bantam de Sherbrooke (TIBS). Il seront du match d’ouverture, le mercredi 6 novembre, à 19 h 30, alors que le Dynamo de Moscou se mesurera aux Harfangs Bantam AAA de l’école secondaire du Triolet.

Ce match sera présenté sur la glace Cadillac du Complexe sportif Thibault GM. « Nous avons travaillé fort pour réussir à amener le Dynamo à Sherbrooke cette année, a avoué le président, Mario Roy. Nous souhaitons les amateurs nombreux à venir les voir en action. Il y aura, bien sûr, les 49 autres équipes qui seront de la partie lors de ce
38e tournoi qui se déroulera du 6 au 10 novembre. »

Toutefois, qui dit visite des Russes, dit besoin de familles pour héberger les joueurs. « Nous avons lancé un appel à tous, il y a quelques jours, afin de trouver des familles d’accueil. Les personnes intéressées à héberger deux joueurs ou plus vivront une expérience inoubliable ! », a ajouté Mario Roy.

Les personnes intéressées peuvent donc envoyer un courriel à l’adresse suivante : tibs@hockeysherbrooke.qc.ca

Les familles recevront des chèques-cadeaux d’épiceries pour nourrir leurs visiteurs. À noter qu’en plus du Complexe sportif Thibault GM, les autres plateaux utilisés pour le TIBS seront le Centre Julien-Ducharme et le Centre récréatif de Rock Forest.

Toujours au sujet de mon ami Bob, qui ne chôme pas par les temps qui courent alors qu’il exerce ses fonctions de coordonnateur du Complexe Thibault GM de Sherbrooke, tout en collaborant aux stations de Radio-Acton (103.7) et CFLX FM (95.5), il agit aussi comme annonceur maison aux matchs des Cantonniers de Magog de la Ligue de hockey Midget AAA.

Comme si ce n’était pas assez, je l’ai aperçu au lancement de la saison des Harfangs du Triolet Midget Espoir. L’ouverture de saison avait lieu récemment devant une salle comble. Des échos de cette journée, et bien d’autres, vous seront offerts dans une prochaine chronique.