Après l’annulation des séries dans LHJMQ, Daniel Lacroix reconnaît qu’il doit maintenant faire le deuil d’une «saison de rêve».

Daniel Lacroix: le deuil d’une «saison de rêve» à Moncton

L’annulation du reste de la saison et des séries éliminatoires afflige certes toutes les équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. L’annonce effectuée lundi est toutefois d’autant plus cruelle pour des organisations comme les Wildcats de Moncton, qui figuraient sans contredit parmi les prétendants aux grands honneurs.

«Étant donné l’épidémie de coronavirus, on comprend très bien la décision prise par les autorités de la ligue. Mais mon premier sentiment, je l’avoue, était d’être déçu pour nos joueurs, une belle gang de jeunes qui se sont tellement investis», a raconté l’entraîneur-chef Daniel Lacroix, en entrevue avec La Voix de l’Est à partir de sa résidence secondaire de Shefford.

«J’ai aussi pensé à notre propriétaire, Robert Irving, que je connais depuis de nombreuses années. Je sais à quel point il veut gagner la Coupe Memorial. On jouait très bien, on se sentait d’attaque pour les séries. Je me sens mal pour lui... », a-t-il ajouté.

Des espoirs anéantis

Lacroix reconnaît qu’il doit maintenant faire le deuil d’une «saison de rêve».

«Le hockey junior fonctionne selon un principe de cycles. Au moins cinq équipes s’étaient vraiment bien positionnées à la date limite des transactions, dans l’espoir d’aller loin en séries. Certaines d’entre elles sont mieux outillées que les Wildcats en vue de la prochaine saison, parce qu’on a vraiment misé gros sur cette année», a reconnu Lacroix.

De retour à la barre d’une formation qu’il avait déjà dirigée lors de la saison 2004-2005, le Sheffordois d’adoption a été bien servi par un bagage d’expérience bien rempli. Après avoir atteint la Ligue nationale en tant que joueur puis comme entraîneur, Lacroix a notamment découvert le championnat allemand avec les Requins de Cologne l’an dernier.

Sous sa gouverne, les Wildcats ont donc terminé au deuxième rang du classement général de la LHJMQ, derrière le Phoenix de Sherbrooke.

Les partisans de l’équipe se préparaient pour un long parcours en séries, et peut-être même une participation au tournoi de la Coupe Memorial. La pandémie de la COVID-19 est toutefois venue contrecarrer leurs plans.

Daniel Lacroix estime néanmoins que la communauté de Moncton a très bien réagi face à une crise d’ampleur historique.

«Peu après l’annulation de notre match du 13 mars, tous les restos et les bars ont fermé pour les limiter les risques. Les gens ont suivi les consignes, ils étaient très disciplinés », a observé l’ex-entraîneur adjoint du Canadien.

Jeudi après-midi, le gouvernement du Nouveau-Brunswick rapportait sept nouveaux cas confirmés, pour un total de 33.

Avenir en suspens

Lors de son embauche, en décembre dernier, il avait été convenu de réévaluer le statut de Lacroix au terme de la saison. Ce dernier est donc sans contrat en vue de l’automne prochain, en présumant que les activités auront alors repris dans le monde du hockey.

Avant de prendre une décision, Lacroix discutera avec les membres de sa famille, actuellement éparpillés aux États-Unis.

Chose certaine, les Wildcats devront sans doute amorcer une phase plus difficile. En plus des trois vétérans qui quitteront assurément l’équipe, plusieurs espoirs de la LNH pourraient faire le saut chez les professionnels. On pense notamment au défenseur Jared McIsaac (choisi en 2e ronde par les Red Wings en 2018) et à l’attaquant Alexander Khovanov (choisi en 3e ronde par le Wild la même année), qui vient de récolter 99 points en 51 matchs réguliers.

«Que je sois là ou non, je sais que c’est une organisation qui travaille d’arrache-pied pour trouver des bons joueurs. (...) La saison prochaine, les Wildcats seront en reconstruction, mais ça amène aussi de belles opportunités de développement», a-t-il fait valoir.

Avant toute chose, Daniel Lacroix compte toutefois refaire le plein d’énergie et se recentrer vers l’essentiel.

«On se sent très petits dans le portrait global actuellement. Ces jours-ci, je me concentre sur des choses simples, je me promène avec mon chien. Malgré tout, la Terre continue de tourner.»