La saison d’Alister Gardner s’est terminée plus tôt que prévu.

Course à pied: une saison écourtée pour Gardner et Cardin

Deux athlètes bromontois de course à pied sur route et en sentier ont vu leur saison de compétitions prendre fin abruptement. Alister Gardner devait prendre le départ du Marathon de Philadelphie ce week-end, alors qu’Elliot Cardin devait participer au North Face Endurance Challenge Californie.

Elliot Cardin se trouve en ce moment en Californie, où il devait clore sa saison. Les feux de forêt qui y font rage et la piètre qualité de l’air ont forcé l’annulation de l’événement.

« Triste nouvelle... mais rien à comparer au désastre, a réagi Elliot Cardin sur sa page Facebook. La nature a parlé cette semaine en Californie. Nous devons faire attention à notre environnement, il est si précieux et compromis. Cette nature, c’est mon terrain de jeu et le protéger fait partie de mes valeurs. En étant végétalien, je contribue grandement à réduire mon impact écologique. Ce mode de vie est bien reconnu comme étant très efficace pour minimiser notre pollution. Je vous encourage à réduire votre consommation de viande du mieux que vous pouvez. Que ce soit de réduire une portion par semaine ou l’éliminer complètement, votre contribution compte. Il y a aussi plein d’autres gestes à poser pour aider la cause. Aidons-nous à vivre dans un monde meilleur. »

Il n’a pas été possible de lui parler vendredi.

Partie remise pour Gardner

Quant à Alister Gardner, sa saison a pris fin il y a quelques semaines quand une fracture de stress est apparue en raison d’un surentraînement. « Je peux dire que j’étais en pleine forme quand j’ai fait le DMG (Demi-marathon de Granby). J’étais vraiment impressionné par mon état et j’étais un peu trop motivé », a-t-il expliqué en entrevue. C’était le 30 septembre. La semaine suivante, il avait décidé de participer à une distance plus longue que prévu au Bromont Ultra, soit le 80 km, épreuve qu’il a remportée. Et une semaine plus tard, il participait au Relais 2 heures à Saint-Hyacinthe.

« C’était trois courses intenses avec beaucoup d’entraînement alors que j’étais censé être au repos durant la semaine du Bromont Ultra. Mais je me sentais trop bien. Et malheureusement, une blessure est sortie. C’est une toute petite fracture de stress. Je cours quand même depuis que j’ai le diagnostic, mais assez pour dire que je ne peux pas arriver à Philadelphie comme je voulais. »

Il comptait réaliser le marathon en 2 h 30. « Je ne mets jamais de dossard pour le plaisir. C’est toujours pour atteindre un objectif. Je dis ça, sauf que pour la première fois de ma vie, je l’ai fait au Demi-marathon des microbrasseries la semaine passée parce que c’était ma fête, a-t-il concédé en riant. Si je voulais une bière, il fallait que je coure. J’ai fait le 10 km qui passe à côté de la maison. »

« Maintenant, je suis zen avec la décision parce que je sais que ça n’aurait été pas été possible. Après le Relais de Saint-Hyacinthe, quand je devais faire du gros volume, mais que j’ai fait une petite semaine, j’étais très frustré parce que c’était mon objectif durant toute la saison. Quand j’ai pris la décision de ne pas faire la course, ça a enlevé le stress de l’entraînement. »

Ce n’est que partie remise pour lui. Alister Gardner planifie une saison 2019 similaire à celle de 2018 et compte la terminer à Philadelphie. « Je serai à la ligne de départ. Je ne me donne pas le choix. »