«Elle joue du gros tennis présentement», affirme Louis Borfiga, grand penseur du développement à Tennis Canada.

Coupe Rogers : Fernandez aura son laissez-passer

Grand maître du développement à Tennis Canada, Louis Borfiga a ni plus ni moins confirmé que Leylah Annie Fernandez recevra un laissez-passer pour le tournoi de la Coupe Rogers, dont le volet féminin sera présenté à Toronto cette année.

« Clairement, elle était fatiguée aujourd’hui, a souligné celui qui était aussi président d’honneur du 24e Challenger. Au sujet du laissez-passer, je dirais que ça regarde plutôt bien… Elle joue du gros tennis présentement. »

À LIRE AUSSI : Fernandez rend les armes


L’appel final sera rendu public lundi. Borfiga, Sylvain Bruneau, qui est responsable du programme féminin à Tennis Canada, ainsi que Simon Larose, entraîneur, sont ceux qui décident à qui vont les laissez-passer chez les dames.

Eugène Lapierre, lui, n’avait que de bons mots pour Fernandez, « qui nous a fait vibrer toute la semaine ».

« Elle est solide, elle est impressionnante, a-t-il dit. Elle est rapide, elle a un bon coup droit et un bon revers et elle a une attitude de gagnante. Toutefois, elle peut encore améliorer son service. Mais de constater qu’elle peut encore s’améliorer, je trouve ça plutôt rassurant. »

Lapierre a avoué qu’il n’aurait pas été étonné si elle avait été éliminée rapidement à Granby.

« Rappelons qu’elle n’a que 16 ans et qu’elle venait de se payer une grosse semaine de tennis à Gatineau. Sa performance à Granby est inespérée à mes yeux. »

Une soie

Leylah Annie Fernandez a charmé Granby cette semaine. Par son jeu, sa gentillesse, son charisme.

« Ça fait deux ans que nous l’hébergeons pendant le tournoi et je peux vous assurer que cette fille, c’est une soie, a mentionné Johanne Leduc. Elle est souriante, respectueuse, modeste et elle s’intéresse aux autres. C’est une excellente joueuse, mais aussi une très bonne personne. »

Quand on a tout pour soi…