Adam Dyczka et Angel Gabriel Barron lors de la pesée officielle, plus tôt dans la journée. Les deux poids lourds étaient prêts à en découdre.

Coronavirus: le combat de Dyczka annulé

À la suite d’une recommandation de la Direction régionale de santé publique de Montréal, la Régie des alcools, des courses et des jeux a annulé la présentation de trois galas de boxe prévus sur son territoire au cours des prochaines semaines, dont celui de jeudi soir à l’intérieur duquel Adam Dyczka devait se battre.

Au Casino de Montréal, le Granbyen avait rendez-vous avec le Mexicain Angel Gabriel Barron dans le cadre de son troisième combat en boxe professionnelle. Évidemment, l’annulation du gala, ainsi que de deux autres à venir en mars, est en lien avec les craintes liées au coronavirus.

« Adam est détruit par la nouvelle, a indiqué en milieu de soirée son entraîneur Dimitri Waardenburg. Il était prêt mentalement et physiquement et il comptait évidemment sur les sous qu’allait lui rapporter le combat. Ça fait très mal. »

Plus tôt dans la journée, La Voix de l’Est s’était entretenue longuement avec Dyczka. Le bonhomme était de fort belle humeur à la suite de la pesée officielle, lui qui s’apprêtait à monter sur le ring avec un contrat de deux ans en poche signé avec Eye of the Tiger Management.

Un plan

Dyczka, 28 ans, avait confié à l’auteur de ces lignes qu’il n’avait jamais été aussi motivé. Clairement, l’entente qu’il venait de signer avec Eye of the Tiger Management lui donnait des ailes.

« Eye of the Tiger, y’a rien de plus gros et de plus sérieux que ça présentement dans le monde de la boxe au Québec, avait-il dit. Ce que j’aime, c’est que Camille Estephan (le grand patron d’EOTTM) a un plan pour moi, il veut vraiment me développer. On m’a garanti cinq combats par année. Honnêtement, la motivation est au maximum. »

Bien sûr, ils sont nombreux à espérer un combat avec Adam Braidwood (14-2), un lourd de la Colombie-Britannique qui a souvent boxé au Québec et un ancien des Eskimos d’Edmonton, de la Ligue canadienne de football.

« Tout le monde me parle de Braidwood, de ce combat des deux Adam. Mais on n’est pas rendu là. J’ai de l’expérience à prendre avant de m’attaquer à un gars comme lui. On ne brûlera pas d’étapes. »

Avec Eye of the Tiger, Dyczka continuera d’être entraîné par Dimitri Waardenburg, sous la supervision de Dirk Waardenburg.

« Ça, c’est une autre affaire que j’aime. Personne n’a essayé de m’imposer un nouvel entraîneur ou quoi que ce soit. J’ai confiance en Dimitri et en Dirk et les gens d’Eye of the Tiger respectent ça. »

Jeudi soir, Dyczka devait se battre en quart de finale et son combat allait être présenté en direct sur TVA Sports. Steven Butler devait faire les frais de la finale du gala.

« La première fois que je me suis battu pour Eye of the Tiger, c’était le premier combat de la soirée. Là, je vais (NDLR : il devait) me battre en fin de soirée, à la télé. Moi, ça me démontre qu’on croit en moi. »

Et Dyczka insistait : il n’a jamais été aussi motivé.

« Je suis content d’aller m’entraîner, je suis content d’aller au gymnase à tous les jours. La dernière fois que j’ai été motivé presque autant, c’est dans mes meilleurs moments avec TKO MMA, en arts martiaux mixtes. Ça va bien et je veux que ça fonctionne. »

Malheureusement, tout sera à recommencer en vue de son prochain combat…