Ce sont deux rondes de 18 trous sur deux parcours différents qui attendent Jean-Philip Cornellier le 3 juin.

Cornellier à un pas du US Open !

Après avoir connu une saison 2018 « à oublier », selon ses propres dires, Jean-Philip Cornellier est en voie d’entamer la nouvelle avec force.

Le Césairois n’est plus qu’à un pas de se qualifier pour l’Omnium des États-Unis, qui aura lieu du 13 au 16 juin à Pebble Beach, en Californie.

Lundi, à Troy dans l’État de New York, Cornellier a joué la normale — 71 —, ce qui lui a permis d’accéder à l’étape finale de qualification de l’un des quatre tournois du Grand Chelem. Plus de 50 golfeurs étaient réunis à Troy et Cornellier a ramené la deuxième meilleure carte du groupe.

« C’est excitant ! avoue celui qui était déjà de retour dans la région mardi. Se qualifier pour le US Open pour partir la saison, ce serait vraiment super. Mais bon, j’ai encore du travail devant moi… »

L’étape finale de qualifications aura lieu le 3 juin. Cornellier ne sait pas encore si ce sera à nouveau dans l’État de New York ou dans la région de Toronto.

Le processus de qualifications pour l’Omnium des États-Unis n’est pas simple. Il y a une série de qualifications dites « locales » un peu partout dans le monde (comme celle de Troy), qui aboutissent à l’étape finale, celle du 3 juin, qui sera présentée à quelques endroits aux États-Unis, à un club dans la région de Toronto et à un dernier endroit en Europe.

« Une centaine de golfeurs, dont certains font déjà partie du PGA Tour, vont participer à la ronde finale de qualifications et de cinq à huit joueurs seront retenus en prévision de Pebble Beach, explique Cornellier. Va falloir que je sois encore bon… »

Et s’il parvient à se qualifier, Cornellier ne l’aura pas volé. Après tout, le menu de l’étape finale est constitué de deux rondes de 18 trous, sur deux parcours différents.

Une belle motivation

Comme bien d’autres, Jean-Philip Cornellier a accueilli durement la nouvelle de la fin du Circuit Canada Pro Tour. Mais la possibilité de se qualifier pour l’Omnium des États-Unis vient lui donner une belle motivation pour la suite.

« Le début de saison est tranquille, mais là, j’ai une très bonne raison de quitter la maison le matin pour m’entraîner », reprend-il.

Il y a quatre ans, Cornellier avait défrayé la manchette en se qualifiant pour le Travelers Championship de la PGA. Ce qui demeure son plus beau souvenir en carrière.

« C’est certain que j’aimerais revivre ce genre d’émotions. C’est mon objectif à long terme à tous les jours quand je sors mes bâtons et que je m’entraîne. »

Cornellier, professionnel-enseignant au club de Saint-Césaire, va occuper son temps du mieux qu’il le pourra au cours des prochains mois, lui qui entend néanmoins participer à une dizaine de tournois. Et à l’automne, il entend tenter de faire sa place sur le circuit européen de la PGA.