Corina Hug a participé en septembre dernier à la finale de derby au Festival western de Saint-Tite devant plus de 5000 spectateurs.
Corina Hug a participé en septembre dernier à la finale de derby au Festival western de Saint-Tite devant plus de 5000 spectateurs.

Corina Hug à nouveau honorée par Cheval Québec en attelage

La jeune Corina Hug de Roxton Pond a de nouveau prouvé qu’elle était l’une des meneuses d’attelage les plus prometteuses au pays, elle qui a remporté les grands honneurs pour une deuxième année consécutive lors de la remise de prix de Cheval Québec.

«J’ai appris avec grande fierté que j’étais titulaire du titre d’athlète junior se démarquant le plus sur la scène canadienne en attelage», a commenté Corina, âgée de 17 ans, par vidéo via sa page Facebook.

La soirée des Aramis, le gala annuel où Cheval Québec remet ses trophées a en effet lieu de façon virtuelle cette année en raison de la pandémie. Chaque samedi jusqu’au 1er août prochain, l’organisme fédéré annoncera un vainqueur afin de combler la période creuse laissée par l’arrêt des activités équestres.

En personne ou à distance, le résultat a néanmoins été le même pour Corina Hug qui avait eu le plaisir de grimper sur la scène pour le même honneur l’an dernier.

«Tout d’abord, j’aimerais remercier les deux meneuses en compétition avec moi, Mégane Ouellet et Véronique Dufour. Je vous souhaite le meilleur pour l’avenir. Mon année 2019 fut haute en couleurs et à la hauteur de mes attentes. J’ai compétitionné à plus de 15 reprises autant en tandem d’attelage qu’en combiné d’attelage», a souligné Corina dans son discours de remerciement.

Une année bien remplie

En 2019, la meneuse roxtonaise a notamment participé à l’International Bromont en concours combiné d’attelage et remporté le titre de championne de sa catégorie au prestigieux Can-Am de Bécancour.

Même en hiver, Corina Hug ne ralentit pas la cadence.

Elle s’est aussi illustrée sur le circuit de derby d’attelage décrochant même la 2e place devant plus de 5000 spectateurs lors de la finale du dernier Festival western de Ste-Tite. Même la saison froide n’a pas su la ralentir alors qu’elle a également triomphé en paire dans la même discipline durant la saison hivernale.

Ces excellents résultats devraient aider Corina, qui participe à des compétitions depuis l’âge de 8 ans, à atteindre prochainement le niveau FEI (Fédération équestre internationale), soit l’objectif qu’elle s’est fixé pour l’année 2020.

«Comme tout athlète international, ça prend une grande équipe [pour connaître du succès]. J’ai la chance d’avoir un coach extraordinaire qui est mon père, Eugen Hug, qui me soutient quotidiennement autant en compétition qu’à la maison durant l’entraînement», a noté Corina qui a aussi tenu à remercier sa mère, ses commanditaires, mais surtout ses chevaux «qui ont su me donner le meilleur d’eux-mêmes».

Affaire de famille

Le sport équestre est en effet une affaire de famille chez les Hug, alors qu’Eugen, le paternel, est aussi finaliste aux prix Aramis dans la catégorie «Entraîneur de l’année».

Coach d’attelage depuis maintenant 22 ans, il a contribué par son travail à l’ascension de plusieurs meneurs jusqu’au niveau international et initié de nombreux jeunes athlètes à cette discipline au fil des ans, dont Catherine Levasseur, Pierre Guillemette et bien entendu sa fille, Corina.

C’est le 20 juin prochain que sera dévoilé le vainqueur sur la page Facebook de Cheval Québec. M. Hug est en lice aux côtés de Chantal Tétreault (équitation western) et Evi Strasser (équitation classique).

La jeune Corina Hug de Roxton Pond

Rappelons que les trophées Aramis portent le nom du cheval qui avait été sous les feux de la rampe lorsque Mario Deslauriers avait remporté, en 1984, à l’âge de 19 ans, la finale de la Coupe du monde, un record jamais égalé depuis 30 ans.