Steve Poirier, le meilleur pilote de l'histoire de la série Empire Super Sprints, s'est classé troisième vendredi soir à l'Autodrome Granby.

Comme un vieux pro!

Le talent n'attend pas l'âge, on le sait. On l'a encore vu vendredi soir à l'Autodrome Granby lorsque le jeune Paulie Colagiovanni, 16 ans, a enlevé les honneurs de la finale de 25 tours en série Empire Super Sprints.
Colagiovanni se souviendra longtemps de cette soirée, lui qui a remporté sa première victoire en carrière en ESS. Il s'était auparavant­ imposé en qualification.
Le pilote de Marcellus, dans l'État de New York, a eu le meilleur sur Jason Barney, meneur au championnat de la série, Steve Poirier, Matt Tanner et Paul Kinney.
Alain Bergeron, qui avait gagné sa qualification, a terminé sixième. Victime d'ennuis mécaniques, Dale Gosselin est rentré aux puits au quatrième tour et on ne l'a pas revu par la suite.
Colagiovanni a du talent. Il a résisté à cinq drapeaux jaunes, il n'a jamais perdu son calme, il s'est comporté comme un vieux pro. À 16 ans, on le rappelle.
« Je suis très content, a-t-il dit à sa sortie de sa voiture. J'étais probablement plus nerveux qu'il en avait l'air lors de tous ces jaunes, mais j'ai réussi à garder le cap et à résister à la pression des gars derrière moi. Quand tu sens Steve Poirier pas trop loin derrière, y'a de quoi être sur les nerfs un peu ! »
Poirier ne court plus qu'à temps partiel en ESS. Mais le meilleur pilote de l'histoire de la série reste redoutable. Près de 4000 spectateurs ont assisté au triomphe de Colagiovanni.
Steve Bernier disqualifié
La finale de 50 tours, qui a suivi chez les modifiés, a été le théâtre d'un spectaculaire accident alors que Simon Perreault est sorti indemne de sa voiture après avoir effectué plusieurs tonneaux au 23e passage.
Steve Bernier a été tenu responsable de l'accident par le directeur de courses, Steve Salvas, et a été disqualifié.
David Hébert l'a emporté. Le meneur au championnat a devancé Mathieu Desjardins, Michaël Parent, Mathieu Boisvert et Steve Bernard.
Le Granbyen Parent avait aussi fini troisième il y a quelques semaines. On sent qu'il commence enfin à se sentir à l'aise en modifié.
Cyr était trop fort
Bruno Cyr, dit le « Gentil géant », a offert une prestation absolument impressionnante en pro-stock. 
Cyr, de Saint-Georges-de-Beauce, a d'abord remporté sa qualification en établissant un nouveau record de piste de sa catégorie, reléguant aux oubliettes la marque établie par Alain Brochu en 2013.
Puis, il a poursuivi sa domination en finale alors que, parti septième, il s'est rapidement retrouvé en tête et qu'il a perdu tout le monde dans la brume. Il a devancé François­ Adam, son plus proche pour­suivant à l'arrivée, par près de... sept secondes.
« C'est une soirée parfaite !, a-t-il dit depuis le cercle des vainqueurs. Honnêtement, je n'en reviens pas. Je n'ai jamais été aussi rapide. »
Steve Chaput, Guy Viens et le Valois Richard Bertrand ont complété­ le top 5.
Meneur au championnat, Stéphane Lemire s'est contenté de la huitième place. Il détenait une avance de 27 points sur Cyr, deuxième, avant le début de la soirée.