Les Inouk sont en voiture avec le duo formé d’Hugo Duteau (à gauche) et Marc-Antoine Dufour devant le filet.

Coéquipiers, amis, presque frères

Ils forment assurément l’un des meilleurs duos de gardiens de la Ligue de hockey junior AAA. Et ils sont unis par une complicité qui va bien au-delà du vestiaire des Inouk. Marc-Antoine Dufour et Hugo Duteau sont des coéquipiers, des amis, quasiment des frères.

« On s’est connus il y a deux ans lorsqu’on a tous les deux été invités au camp d’entraînement des Islanders de Charlottetown, de la LHJMQ, raconte Dufour. Ça a cliqué immédiatement entre nous et on a gardé contact après avoir quitté l’Île-du-Prince-Édouard. Lorsqu’on s’est retrouvé tous les deux ici la saison dernière après les Fêtes via des transactions, on était super contents. »

Les deux athlètes de 19 ans demeurent au sein de la même famille de pension, ils se côtoient au Cégep et ils organisent même des activités à saveur communautaire ensemble. Tous les vendredis midis, par exemple, ils jouent au hockey cosom avec les élèves de l’école primaire de L’Étincelle

« On a d’autres projets, souligne Duteau. On aime s’impliquer dans la communauté, particulièrement auprès des jeunes. Ça rend les enfants heureux, mais ça nous rend heureux aussi. »

Sacrifier des succès personnels

Marc-Antoine Dufour, avec sa moyenne de 2,59, son pourcentage d’arrêts de ,918 et ses trois blanchissages, s’impose comme le meilleur gardien de la LHJAAAQ. Mais ils sont nombreux à penser qu’Hugo Duteau pourrait être le no 1 au sein de plusieurs équipes dans le circuit. La remarque fait plaisir au principal intéressé, qui est toutefois satisfait de son sort avec les Inouk.

« Je joue pour une excellente équipe et je m’entends super bien avec Marc-Antoine, qui est plus qu’un coéquipier, dit-il. Non, je ne demanderai jamais une transaction et, même si je ne joue pas aussi souvent que je le pourrais, je serais déçu si j’étais échangé. En fait, je sacrifie des succès personnels pour vivre quelque chose à l’intérieur duquel je suis heureux. »

Duteau est aussi le « psychologue » de Dufour, apprend-on.

« Hugo veut devenir psy et quand ça ne va pas bien, je lui parle et il m’écoute, explique celui qui est aussi d’avis que son adjoint devant le filet pourrait être le no 1 ailleurs dans la LHJAAAQ. Il m’aide beaucoup à ce niveau-là. »

« Si Marc-Antoine connaît un match plus difficile, enchaîne Duteau, je ne me dis pas : “Tant mieux, je vais garder les buts la prochaine fois ! ” Je cherche d’abord à savoir comment il se sent, car je veux qu’il soit bien. Ensuite, je vais penser à moi… »

En passant, c’est lui qui va affronter les tirs de l’Arctic de Montréal-Nord vendredi soir au centre sportif Léonard-Grondin.

Un groupe « spécial »

La plupart du temps, Marc-Antoine Dufour et Hugo Duteau arrivent ensemble à l’aréna. Et ils sont toujours heureux de retrouver leurs coéquipiers et ce groupe « spécial », pour reprendre leurs propres mots, que représente l’édition 2018-2019 des Inouk.

« Y’a beaucoup de talent dans le vestiaire, mais y’a aussi un très bon groupe de gars, souligne Dufour. Y’a tellement une belle énergie qui se dégage de la chambre. À la fin de la saison, cette énergie va nous avoir rapporté plusieurs victoires de plus, j’en suis convaincu. »

« On a ce qu’il faut pour jouer longtemps au printemps, renchérit Duteau. Et moi, je préfère être no 2 avec une équipe qui a des chances de tout gagner qu’être no 1 avec un club dont la saison va finir à la fin février ou au début mars…»