J’ai passé une très belle journée en compagnie du journaliste François Laramée, de Sylvie Jetté du NPD et de son conjoint Louis.

Classique BMP: un événement génial !

CHRONIQUE / La Fondation de l’Hôpital Brome-Missisquoi-Perkins tenait, mercredi dernier, sa 32e Classique sur le site enchanteur du club de golf de Cowansville. L’événement qualifié de « sportif et gourmand » regroupait à la fois des golfeurs (18 trous disputés selon la formule Vegas à quatre joueurs) et des cyclistes (deux choix d’itinéraires : 49 et 83 kilomètres). Bien entendu, je faisais partie des 144 golfeurs présents. Et, fidèle à mon habitude, j’en ai profité pour faire de très belles rencontres. En voici les grandes lignes.

*****

Tout d’abord, un petit mot au sujet du club hôte. À l’instar de plusieurs clubs de la région, lorsque je mets les pieds à celui de Cowansville, je suis toujours très bien reçu et la journée de mercredi dernier n’y a pas fait exception. Si le vénérable Don Plamondon et le directeur général Luc Labbé se sont affairés à accueillir les golfeurs et à diriger la circulation autant sur le parcours ou que pendant la soirée, l’assistante de Luc, Marie-Élaine Labelle, elle, arborait un large sourire, s’assurant que tous soient traités aux petits oignons. 

Pour moi, la journée a été magnifique en tous points. Des rencontres intéressantes, un parcours en excellente condition (félicitations au surintendant Derek Vokey et à toute son équipe !), une belle cause à soutenir — la Fondation BMP —, et un bon repas animé de brillante façon. Dès mon arrivée, j’ai croisé les principales têtes dirigeantes de l’événement : Lola Landes, directrice générale, et Alice Toussaint, coordonnatrice de la Fondation BMP, avec lesquelles j’ai eu beaucoup de plaisir à discuter. Deux dames très distinguées.

*****

Quelques minutes plus tard, je retrouvais Barbara Ash, une bénévole de la Fondation que j’ai connue il y a quelques années. Elle s’implique depuis belle lurette dans la discipline du patinage artistique. Barbara, qui profitera dès décembre prochain d’une retraite bien méritée, enseigne depuis une vingtaine d’années au CRIF (Centre régional intégré de formation) de Granby pour former des infirmières-auxiliaires remplies de compassion envers leurs patients. Elle disait avoir plusieurs projets en tête pour 2020, car en plus d’être une sommité dans son sport, elle donne aussi un précieux coup de main au club de golf de Cowansville lors de banquets et réceptions. 

Un couple très sympathique que celui formé de Lise Fortin et Vincent Bienvenue.

Une autre rencontre intéressante : celle du couple formé de Lise Fortin, directrice résidentiel associée pour Fortin, Fréchette évaluateurs agréés de Saint-Hyacinthe et Granby, et de son conjoint, Vincent Bienvenue, sommelier chez l’Aubergiste du Village et conseiller à la SAQ de Bromont. Vincent qui, je l’ai d’ailleurs déjà écrit, ressemble à s’y méprendre au chanteur Justin Timberlake, portait pour l’occasion un polo à l’effigie de la Ligue nationale de hockey. Avec sa carrure imposante et sa démarche sûre, plusieurs m’ont notamment demandé, connaissant ma très grande passion pour le hockey, quelle était l’identité de ce joueur du circuit Bettman !

*****

Avant la ronde, sur le vert d’exercice, alors que je serrais la main du promoteur immobilier Roger Gervais de Sutton, j’ai entendu des voix familières derrière moi. C’était celles de mes bons amis José Plouffe (Alarmes JPCOM) et Bruno Chrétien (associé chez Raymond Chabot Grant Thornton de Granby), avec lesquels j’ai toujours beaucoup de plaisir à parler de hockey scolaire. Parlant du domaine de l’éducation, j’ai également adoré discuter de ce sujet avec deux incontournables dans la communauté des gens d’affaires de Cowansville, soit Hugues Côté, directeur des ventes chez Kia de Cowansville, et Me Patrick Boucher, vice-président du conseil d’administration de la Fondation BMP.

Toujours plaisant de côtoyer ces quatre chics types.

*****

Pour ma part, on m’avait inséré au sein d’un quatuor formé de Sylvie Jetté, candidate dans Brome-Missisquoi aux prochaines élections fédérales sous la bannière du NPD, son conjoint Louis, ainsi que le journaliste du bi-mensuel Ici Maintenant, François Laramée, aucun lien avec l’enseignement d’art dramatique bien connu dans notre région et qui porte le même nom. Une belle journée passée en très bonne compagnie. 

*****

Une autre preuve que nous vivons dans un bien petit monde, j’apprenais, tout en jasant avec François, que dans une autre vie, il avait été en quelque sorte le mentor du directeur des sports de votre quotidien préféré, le collègue Michel Tassé, alors que jeune journaliste au Courrier du Sud de Longueuil, Michel travaillait sous les ordres d’un rédacteur en chef répondant au nom de… François Laramée !

*****

Bon nombre de dignitaires ont répondu présent à l’invitation des membres du comité organisateur et de leurs deux présidents d’honneur, le docteur Gérard Huni de BMP et Steve Lemay de Kia Cowansville. Ainsi étaient sur place les maires Yves Lévesque (Bedford), Patrick Melchior (Farnham), Louis Villeneuve (Bromont), Marcel Gaudreau (Saint-Alphonse) et la mairesse Sylvie Beauregard (Cowansville). 

*****

En ce qui me concerne, l’exploit de la journée revient sans contredit au golfeur Jean-Philippe Daigle qui, au trou no 8, a véritablement démontré à tous son savoir-faire. Les habitués vous le diront, dans tout bon tournoi de golf, il y a toujours un trou au sein duquel on cherche à connaître le plus long cogneur parmi tous les participants… Lors de la Classique BMP, le comité organisateur avait choisi le trou no 8, une longue normale 5 dont le tracé est tout de même rectiligne. Bref, un bon trou pour connaître les distances de frappe. Quand nous nous y sommes présentés, il y avait un gros vent de face et, aux dires des deux dames qui présentaient le concours, ce fut le cas tout au long de l’après-midi. En me levant les yeux, j’ai estimé le piquet de la distance la plus longue à être environ 275 verges. Bref, un véritable exploit compte tenu de la vitesse du vent. Je m’élance et, pour reprendre une expression consacrée, je « sors littéralement de mes spikes » tellement le contact est bon. Après l’avoir mesurée, j’ai frappé la balle à 262 verges exactement. Par contre, après y être arrivé, j’ai constaté que la balle de Jean-Philippe, elle, se trouvait à 49 verges de la mienne ! Donc, une frappe de 311 verges, le vent en pleine figure ! Comme on le dit souvent au golf : « King Kong vous salue bien ! »

*****

Étaient également présents Nadine Boire, Alexandra Pagé, Catherine Allen-Dénommé, Bruno Di Batista, Pierre Noël, Michel Lanctôt, Claude Maheu, Marc-André Cusick, Dave Roy, Fernand Roberge, Léo Simoneau, Yvan Malouin, Réal Boucher, Mélanie Gobeille et Bruno Vary, pour ne nommer que ceux-là !