Dave Ainsley
Le Quotidien
Dave Ainsley
Les poulains de l’entraîneur-chef des Patriots Bill Belichick ont connu moins de succès ailleurs qu’en Nouvelle-Angleterre.
Les poulains de l’entraîneur-chef des Patriots Bill Belichick ont connu moins de succès ailleurs qu’en Nouvelle-Angleterre.

Les dauphins de Bill Belichick et leurs échecs

CHRONIQUE / Chaque fois qu’un ancien adjoint de Bill Belichick avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre est congédié de son poste d’entraîneur-chef ailleurs dans la NFL, le débat refait surface : ses adjoints profitent-ils du talent et de l’expérience de l’illustre entraîneur pour se mettre en valeur et ainsi obtenir leur chance?

Après une gênante défaite des Lions de Détroit contre les Texans de Houston, le 26 novembre dernier, dans un match de l’Action de grâce américaine, Matt Patricia est devenu un autre exemple d’échec d’un ancien coordonnateur des Patriots. Il a été congédié avec le directeur général Bob Quinn. Arrivé comme le sauveur à Détroit en 2018, après six saisons comme coordonnateur défensif des Pats et deux conquêtes du Super Bowl, Patricia a rapidement vu son étoile pâlir, lui qui n’a remporté que 13 de ses 43 matchs à la barre des Lions. Ce congédiement s’ajoute à celui de Bill O’Brien, survenu plus tôt cette saison par les Texans, après plusieurs mouvements de personnel douteux sans résultats concrets. Il a été remplacé par un autre ancien adjoint de Belichick, Romeo Crennel, qui a tout de même remis l’équipe texane sur les rails, avec quatre victoires en sept matchs, après un début de saison catastrophique de quatre revers consécutifs.

L’entraîneur-chef Matt Patricia a été congédié par les Lions de Détroit après une 7e défaite en 11 rencontres.

Avec neuf participations au Super Bowl et six championnats depuis 2000, le règne de Bill Belichick avec les Patriots est tout simplement phénoménal. Cette saison encore, il réussit à maintenir une équipe très ordinaire dans la course aux séries, avec un dossier très impressionnant dans les circonstances, de cinq victoires et six défaites. Avec 242 victoires et seulement 88 défaites depuis son arrivée en poste, il est tout à fait normal que plusieurs de ses adjoints obtiennent de la reconnaissance. Son arbre généalogique est franchement impressionnant, tant de son règne chez les Browns de Cleveland que chez les Patriots, ce qui n’a pas toujours été un gage de succès, tant dans la NCAA que la NFL. La fiche combinée des anciens adjoints de Belichick dans la NFL est de 208-296-1, un maigre pourcentage de victoire de 41 %.

L’exemple le plus probant est sans contredit Josh McDaniels, qui semblait destiné à une grande carrière d’entraîneur-chef après avoir remporté trois fois le Super Bowl comme coordonnateur offensif. Engagé par les Broncos de Denver en 2009, il a été congédié en plein milieu de la saison suivante, après avoir compilé un dossier 11-17 et avoir été au centre de deux controverses. Revenu avec les Patriots en 2012, il y est toujours et pourrait éventuellement succéder à Bill Belichick, si ce dernier décidait de quitter le navire.

Le dossier Eric Mangini est également notoire. En 2005, le coordonnateur défensif est devenu le plus jeune entraîneur-chef, à 35 ans, avec les Jets de New York. Les débuts de «Mangenius» ont été prometteurs, avec une fiche de 10-6, mais ça s’est gâché par la suite, tant avec les Jets qu’avec les Browns. Il est maintenant analyste.

On peut ajouter à cette liste Jim Schwartz (Lions) et Charlie Weis, dans la NCAA, notamment avec l’illustre programme de Notre Dame.

Tout n’est toutefois pas noir. Présentement, trois autres anciens adjoints de Belichick sont entraîneurs-chefs et font du bon boulot cette saison: Bryan Flores avec les Dolphins de Miami (7-4) et Joe Judge qui, malgré un dossier de 4-7 à sa première saison avec les Giants de New York, se retrouve au premier rang de la pauvre division Est de la conférence Nationale.

L’avenir nous donnera la réponse complète à savoir si leur carrière d’entraîneur-chef ressemblera à celle de Bill Belichick ou à celle de Josh McDaniels...

EN HAUSSE

Browns de Cleveland (8-3)

Pour la première fois depuis 2007, les Browns termineront la saison avec une fiche positive. C’est encore possible de gagner en misant sur le jeu au sol dans la NFL. Le porteur de ballon Nick Chubb a une moyenne de plus de 5,5 verges par course dans ses sept matchs, la plus longue séquence depuis 1970.

Nick Chubb gagne plus de 5,5 verges par course cette saison.

Titans du Tennessee (8-3)

Ils ont ramené les Colts d’Indianapolis (7-4) sur terre et repris le contrôle de la division Sud de la conférence Américaine. Quand ils prennent les devants et que la machine Derrick Henry est en marche, ils sont vraiment difficiles à stopper.

Derrick Henry a inscrit 12 touchés lors de ses neuf derniers matchs.

49ers de San Francisco (5-6)

Mine de rien, et malgré une tonne de blessés, les 49ers se retrouvent dans la course aux séries de la conférence Nationale. Les blessés commencent à revenir et même s’ils devront jouer leurs prochains matchs locaux en Arizona, ils ont maintenant les éléments pour entamer le dernier droit.

Les 49ers sont toujours dans la course aux séries malgré de nombreuses blessures.

EN BAISSE

Raiders d’Oakland (6-5)

Impressionnante la semaine précédente malgré une défaite contre les Chiefs de Kansas City, l’attaque des Raiders n’a rien fait de bon contre les Falcons d’Atlanta (4-7), avec cinq revirements. Cette contre-performance place maintenant les Raiders dans une position très vulnérable dans la course aux séries dans la conférence Américaine.

Le quart-arrière des Raiders Derek Carr a été à l’origine de quatre revirements contre les Falcons, trois échappés et une interception ramenée pour un touché.

Rams de Los Angeles (7-4)

Tout est maintenant à recommencer pour les Rams qui sont vraiment très imprévisibles de semaine en semaine. Si, en plus de ne pas être le plus efficace, le quart-arrière Jared Goff se met à faire des erreurs, les Rams pourraient se retrouver dans une position précaire... et vite !

Le quart-arrière Jared Goff a commis quelques erreurs coûteuses, dimanche dernier.

Buccaneers de Tampa Bay (7-5)

Ils ont rendu les choses intéressantes au quatrième quart après avoir visité le plancher au premier quart contre les Chiefs (10-1). Les Bucs peuvent-ils battre les grosses pointures en séries? Ils ne l’ont pas encore prouvé, sauf contre les Packers de Green Bay (8-3). Ils devraient profiter d’un calendrier favorable pour bâtir du momentum en fin de saison.

Le receveur des Chiefs Tyreek Hill s’est amusé en première demie contre les Bucs, terminant la rencontre avec des gains de 269 verges et trois touchés. Le quart-arrière Patrick Mahomes a pour sa part amassé le plus grand nombre de verges en première demie depuis 1991, avec 359.

MATCH DE LA SEMAINE

Rams de Los Angeles c. Cardinals de l’Arizona, dimanche, 16 h 05

Après avoir été surpris dimanche dernier, les deux rivaux de division doivent absolument rebondir pour éviter de se retrouver dans une position précaire dans la course aux séries dans la conférence Nationale.

PRÉDICTIONS
La Nouvelle-Orléans Atlanta
Détroit Chicago
Indianapolis Houston
Cincinnati Miami
Jacksonville Minnesota
Las Vegas NY Jets
Washington Pittsburgh
Cleveland Tennessee
LA Rams Arizona
NY Giants Seattle
Philadelphie Green Bay
Nouvelle-Angleterre LA Chargers
Denver Kansas City
Dallas Baltimore
Buffalo San Francisco
Semaine dernière : 10 en 14 (71 %)
Total : 120-49-1 (70,6 %)