La popularité de Christopher Saurette auprès des amateurs de hockey senior de la région ne se dément pas.

Christopher Saurette entend rester fidèle aux Bisons

Christopher Saurette a disputé il y a deux semaines un match avec l’Assurancia de Thetford Mines, de la Ligue nord-américaine. Ce n’était qu’un match préparatoire, mais ça a inquiété des partisans des Bisons.

Car Saurette, si on se fie encore à l’accueil qu’il a reçu lors du match d’ouverture local de Bisons, demeure le joueur le plus populaire de l’équipe.

« Ça me gêne toujours quand j’entends ça parce que je suis un bonhomme assez timide et assez humble, dit-il. C’est l’fun de savoir que les gens m’aiment bien, mais vous ne me verrez jamais me vanter de ça. »

Avec l’Assurancia, Saurette n’a pas jeté les gants, lui qui a joué sur le quatrième trio et qui a effectué deux ou trois présences par période sur la patinoire. Il retournera à Thetford Mines, on le lui a confirmé.

« C’est agréable de savoir que la Ligue nord-américaine a de l’intérêt pour moi, c’est certain. Après tout, ça reste la plus importante ligue de hockey senior au Québec. Mais je vais accorder la priorité aux Bisons. J’en suis à ma cinquième saison dans l’organisation et c’est l’équipe de chez nous, c’est l’équipe de ma ville. En plus, ça s’annonce comme une très, très belle saison. »

En fait, l’Assurancia n’est pas la première équipe de la LNAH à s’intéresser à Saurette. Il a dit non quelques fois avant de dire oui à Thetford Mines.

« C’est pas compliqué, je ne me sentais pas prêt. La LNAH, c’est gros et il faut que tu aies vraiment confiance en toi quand tu arrives là-bas. Là, je me sens prêt. »

Une discussion avec Lapierre

Christopher Saurette ne veut pas trop s’éloigner de Granby parce que, avoue-t-il, il tripe fort présentement.

« Il y a vraiment quelque chose de spécial cette saison. On va finir par en perdre un, mais si on ajoute les matchs préparatoires, on est huit en huit jusqu’ici. Y’a du talent, les gars sont contents de venir à l’aréna et David Lapierre, c’est tout un coach. Il connaît la game, il est capable de se virer sur un 10 cennes pendant un match et il sait parler aux gars. Vraiment, j’adore jouer pour lui. »

Lapierre a d’ailleurs eu une bonne discussion avec Saurette. Il s’attend à plus qu’à juste des bagarres de la part du numéro 28.

« Il veut que j’apporte de l’énergie pendant mes présences sur la patinoire, il veut que j’amène de l’émotion. Et ça cadre parfaitement avec le joueur que je veux devenir. Me battre, c’est correct, mais j’ai moins envie de le faire pour le show seulement. Me battre pour changer le rythme du match ou pour défendre un coéquipier, c’est parfait, je n’ai pas de problème avec ça. Ça fait longtemps que je veux en donner plus, David l’a compris et il pense aussi que je peux être utile autrement. »

Un buzz

Christopher Saurette le sent : il y a un buzz autour des Bisons. Et il aime ça.

« C’était impressionnant de voir plus de 1200 spectateurs au match d’ouverture local et c’était même impressionnant de voir plus de 600 personnes aux matchs préparatoires. J’ai hâte de voir ce que ça va donner vendredi contre Cap-de-la-Madeleine. À mon avis, ça va nous donner une bonne idée de ce qui nous attend d’ici à la fin de la saison. »

Chose certaine, les Bisons s’organisent pour retenir leurs partisans. La victoire est plus qu’importante au hockey senior et ils ne font que ça, gagner.

« On ne commencera pas à parler de coupe et d’affaires du genre. Pas tout de suite en tout cas. Mais on est solides partout, que ce soit devant le filet, en défensive ou en attaque et, je le répète, on est très bien dirigés. Ça regarde très bien, c’est sûr. »