L’heure était venue de ramasser nos affaires et de vider nos casiers lundi.

À l’an prochain…

CHRONIQUE / Alors que je prépare cette chronique, je suis dans le vestiaire des Alouettes. En ce lundi après-midi suivant notre élimination, l’heure est venue de ramasser nos affaires, de se faire des accolades et de se dire : « À l’an prochain… »

Nous avons perdu. Encore une fois, nous y avons cru jusqu’à la fin. Et je sais que nos partisans y ont cru jusqu’à la fin également. Mais cette fois, ça n’a pas fonctionné…

Ce n’est pas le résultat que nous espérions. Au lieu d’être en train de se dire « au revoir », nous préférerions nettement être en train de nous préparer pour la finale de l’Est. Ce ne sera pas cette année.

Chez les professionnels, c’est clairement l’élimination la plus émotive que j’ai vécue. Les Alouettes, je l’ai déjà dit, c’est plus que mon équipe. C’est l’équipe de chez nous. À chacun des matchs à domicile, des membres de ma famille et des amis sont sur place. Défendre les couleurs des Alouettes, pour moi, c’est défendre ma fierté.

Nous avons perdu, oui. Mais je sais nous avons gagné beaucoup cette année. Beaucoup.

Nous avons gagné le respect des autres équipes de la Ligue canadienne de football. L’époque où affronter les Alouettes se traduisait en une partie de plaisir est révolue. Affronter les Alouettes est devenu quelque chose de très difficile.

Mais surtout, nous avons gagné, ou regagné plutôt, le respect des gens de chez nous. À force de travailler fort, à force de remporter de gros matchs, les Alouettes sont redevenus quelque chose d’important à Montréal et au Québec. On a ravivé la flamme pour l’équipe. Je le répète, il s’agit de notre plus grande réussite.

Nous nous en allons à la bonne place, c’est clair. Ce que je souhaite le plus, maintenant, c’est qu’on réussisse à conserver intact le noyau de cette équipe, qui est promise à de très belles choses.

On sait que certains vont partir, que d’autres vont tenter leur chance dans la Ligue nationale de football, mais j’espère qu’on réussira à conserver le plus de joueurs et d’entraîneurs possible, à commencer par notre leader Khari Jones, qui est maintenant sans contrat après avoir effectué du travail absolument formidable.

Personnellement, je suis très satisfait de la saison que j’ai connue.

Personnellement, il reste une année au contrat de deux ans que j’ai signé à titre de joueur autonome l’hiver dernier. Je suis très satisfait de la saison que j’ai connue, où je me suis imposé comme un leader sur les unités spéciales. Avec 11 plaqués, je suis dans le top 3 des Alouettes et le top 10 à travers la ligue.

Bien sûr, j’aimerais obtenir plus de temps de jeu à ma position de centre-arrière. On verra bien quels sont les plans des Alouettes à cet égard.

Comme tout le monde, je vais aussi surveiller la situation de la concession, qui est toujours propriété de la Ligue canadienne. J’imagine qu’on aura des nouvelles dans les prochaines semaines. Du moins, je l’espère.

Oui, c’est difficile de saluer les gars une dernière fois alors que chacun reprend le chemin de la maison. Cette année, au moins, je sais que je vais revoir les autres Québécois de l’équipe, avec lesquels je vais m’entraîner et faire plein de trucs au niveau promotionnel et communautaire. Car même en hiver, il faut prendre soin de nos partisans qui ont été extraordinaires cette saison.

Qui va gagner la Coupe Grey ?, me demandez-vous. J’y vais avec les Blue Bombers de Winnipeg, qui l’emporteront face aux Tiger-Cats de Hamilton. Pourquoi les Bombers ? Parce que j’ai joué à Winnipeg et que je garde de beaux souvenirs de mes années là-bas…

Go Castors !

Parlant de grands matchs, je me permets une parenthèse : samedi prochain, les Castors de Mgr Euclide-Théberge, mon ancienne équipe, vont disputer la finale juvénile de la division 4 de la ligue de la Montérégie face aux Spartans du Châteauguay Valley Regional High School, à 13 h 30, à Marieville. J’y serai et je vous invite personnellement à venir faire votre tour. Plus tôt dans la journée, au même endroit, les Griffons de P.-G.-Ostiguy de Saint-Césaire tenteront de mettre la main sur le titre en division 4 chez les cadets. 

Cette chronique est la dernière de la saison. Ça a vraiment été un énorme plaisir pour moi de jaser football avec vous au cours des derniers mois. J’en profite d’ailleurs pour remercier sincèrement La Voix de l’Est et le Groupe Capitales Médias pour cette très belle opportunité.

Un gros merci également à vous, chers lecteurs, pour votre fidélité. À la prochaine !

Propos recueillis par Michel Tassé