Christophe Normand (no 37) est devenu un joueur important au sein des Blue Bombers.

Christophe Normand a fait sa place à Winnipeg

Christophe Normand vient de compléter sa troisième saison dans la Ligue canadienne de football. Et l’époque où il bataillait pour faire sa place semble véritablement­ révolue.

Pour une deuxième campagne de suite, le Bromontois a disputé les 18 matchs des Blue Bombers de Winnipeg, toujours à sa position de centre-arrière. En plus, il a porté le ballon quelques fois et a même été utilisé une fois comme receveur de passes. Bref, il est devenu un joueur important au sein de son équipe.

« Je suis satisfait de ma saison, explique Normand, quelques jours après l’élimination des Bombers face aux Eskimos d’Edmonton en demi-finale de l’Ouest. J’ai gagné la confiance des entraîneurs et j’essaie de ne jamais les décevoir, quoi qu’ils me demandent. Je pense que j’ai bien fait mon travail. »

Et les entraîneurs, à commencer par l’entraîneur en chef Mike O’Shea, lui ont fait savoir qu’ils étaient satisfaits.

« On m’a dit que j’étais fiable et que je savais me rendre utile. On me parle aussi souvent de mon éthique de travail, qui est irréprochable. C’est certain que ça donne confiance d’entendre des choses comme celles-là… »

Surtout dans un monde, celui du sport professionnel, où les entraîneurs ne sont pas là pour réconforter­ leurs joueurs.

Fin brutale

Mais voilà, Normand n’a pas aimé la fin de saison des Blue Bombers, dont le parcours s’est arrêté à la même place que l’an dernier après avoir ramené un brillant dossier de 12 victoires et six défaites.

« Dans notre progression, on visait au moins d’atteindre la finale de notre division, mentionne-t-il. C’est une déception, d’autant plus qu’on avait battu les Eskimos deux fois en autant de matchs cette saison. Mais à cause de blessures, surtout, il y a eu des changements dans l’alignement en fin de saison et même lors de notre rencontre des séries et ça nous a déstabilisés, on dirait. À l’opposé, les Eskimos ont joué leur meilleur football au bon moment. »

Normand prédit d’ailleurs que les Eskmos vont remporter la coupe Grey.

« C’est une excellente équipe, solide à peu près à toutes les positions. En plus, ce serait l’fun de dire qu’on a perdu contre les champions ! »

Normand rentre chez lui, à Bromont­, samedi. En entrevue avec l’auteur de ces lignes, il a pris des nouvelles des Alouettes. Il sait que ça ne va pas bien au pays des Oiseaux.

« Je trouve ça triste. Quand les Alouettes gagnent, c’est tout le football amateur québécois qui en profite. Quand ils perdent, ça a des répercussions partout. Les succès passés de l’équipe ont fait en sorte que le football amateur a eu de grandes années. Mais là, il y a des programmes qui en arrachent beaucoup… »

Joueur autonome

Christophe Normand deviendra joueur autonome à la mi-février. Il aimerait poursuivre sa carrière avec les Blue Bombers, mais il admet qu’il ne sait trop ce qui l’attend, et ce, bien qu’il ait connu une excellente saison.

« Je suis bien à Winnipeg. L’équipe est en progression et c’est un des meilleurs endroits pour jouer au football au Canada. Je pense avoir fait ce que j’avais à faire pour mériter de rester ici, mais je ne contrôle pas tout. »

Normand souligne que les Bombers­ ont une vingtaine de joueurs à mettre sous contrat et qu’ils devront probablement faire des choix. Mais il a hâte d’être fixé sur son sort, d’autant plus que sa conjointe et lui attendent un deuxième­ enfant pour avril.

« Ce n’est pas plaisant, mais l’incertitude fait partie du sport professionnel­ », conclut-il.